vendredi 26 février 2016

Le Salon de l’agriculture bientôt interdit aux politiques ?

                                                    

Le 26/02/2016
     
Sale temps pour nos paysans et leur traditionnel salon transformant, une fois l’an, Paris en plus grande ferme de France.

 Interrogé ce jeudi par France Bleu, l’un d’eux annonce qu’il ne se rendra pas au salon en question, appelant même ses confrères à le boycotter.
 Mieux : cet auditeur-agriculteur en colère estime qu’hommes et femmes politiques devraient également y être interdits d’accès.
« Ils y viennent pour gratter le cul des vaches et faire campagne » ; le terme est effectivement des plus idoines.
Il est vrai que, durant la grande époque, on voyait Jacques Chirac multiplier, non pas les pains, mais les coups de rouge et les promesses de subventions.
 Ce temps paraît définitivement révolu, la PAC n’est plus ; et le monde paysan non plus.
Étrange évolution sémantique, où lorsqu’on veut changer la chose, on en modifie le mot qui, naguère, la définissait.
De « paysan », le plouc de jadis est devenu « agriculteur », puis « exploitant agricole » ; et désormais dépressif suicidaire, puisque figurant en tête de liste de nos compatriotes mettant fin à leurs jours.
Car le « paysan » est désormais en voie d’« ubérisation » galopante.
 Les instances européennes le somment de se « moderniser » afin d’être plus « compétitif ».
 Horizon pour lui indépassable ?
La ferme des mille vaches.
En attendant celles des cinquante mille gorets et du million de poules avec dents en option, puisque vouées à devenir transgéniques.
Le changement, c’est maintenant.

C’est dans ce climat qui s’annonce des plus tendus que François Hollande – l’exercice est obligé – devra aller, à son tour, gratter le cul des vaches et, au passage, celui de leurs propriétaires.
 Lesquels sont, malheureusement pour lui, aussi des électeurs, mais de plus en plus tentés par le vote lepéniste.
Sûr que ça va le changer de son périple polynésien et sud-américain.
 Fini, le ukulélé et les vahinés, la salsa et les filles aux reins cambrés au bon endroit, comme le chantait l’excellent Bernard Lavilliers : l’accueil promet d’être autrement plus viril.
Le pire, c’est qu’on aurait presque mal pour lui…
Que pourra-t-il leur dire ?
 Que la fin de la paysannerie traditionnelle fut de longue date programmée ?
Que l’avenir appartient aux exploitations agricoles gigantesques, gérées sur fond d’informatique et de pesticides ?
 Que les employés des abattoirs passent maintenant pour des tueurs en série ?
Qu’ils ne sont, finalement, rien d’autre que des « salauds de pauvres » ?
Attention, toutefois, les « salauds » plus haut évoqués sont ceux qui nous font manger, alors qu’eux sont en passe de crever de faim. « Les grands embrasements naissent de petites étincelles », disait Richelieu.
L’incendie n’est pas loin.
Charge à François Hollande, venu en pompier au Salon de l’agriculture, de convaincre qu’il n’est pas pyromane en chef. Bon courage !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.