lundi 22 février 2016

La grande vadrouille d'un président en campagne...


lundi 22 février 2016

 
 
( " François Hollande, un singe avec un collier de fleurs ", Jean-Luc Mélenchon, le 22 février 2016 )

Ainsi donc, Président est parti, et arrivé, en Polynésie. Les médias ne se lassent pas de nous parler de ce long périple de 46 000 km qu'il effectuera avec sa cour, pas moins de 150 personnes parait-il.

Il visitera Wallis et Futuna, Tahiti et Papeete ( où la mairie a demandé aux SDF de dégager pour ne pas polluer l'horizon visuel de Président ), le Pérou, l'Argentine et l'Uruguay. C'est chouette.

J'écoutais un chroniqueur dire que cette visite à Tahiti était très attendue des Polynésiens qui se sentent terriblement oubliés par la politique métropolitaine et qu'à cette occasion, Président débloquerait des fonds pour indemniser les victimes des retombées radio-actives produites par les multiples essais nucléaires réalisés dans le coin.
Si le chroniqueur le dit, c'est que cela doit être vrai...
Sauf que pour connaître assez bien Tahiti, y avoir été deux fois et avoir vécu pendant sept ans avec un Tahitien, je n'ai jamais entendu dire que les dits-Polynésiens s'estimaient " oubliés " par Paris.
 Je n'en ai jamais entendu un me parler d'envies d'indemnisation (1)...
Cette histoire d'indemnisation n'est qu'un prétexte pour justifier le déplacement.
Au contraire, d'après ce que j'ai pu comprendre, moins la métropole se mêlaient de leurs affaires, mieux ils se portaient, se contentant avec satisfaction des milliards que l'Etat leur envoie chaque année, Etat peu sourcilleux du bon usage fait de cet argent...
Mais bon, encore une fois, si le chroniqueur le dit... hein, c'est qu'il doit être sûr de son coup.

Voyage qui va donc nous coûter un bras et une vache d'empreinte carbone.

Rapporté par Europe 1, ce voyage générerait 1.400 tonnes d’équivalent (teq) par CO2, soit 138 tours de la Terre en voiture, 541 allers-retours Paris-New York ou les émissions de gaz à effet de serre annuelles de 115 Français.

Le coût financier ?
Pas moyen de savoir et de toutes les façons, c'est forcément pas cher puisque c'est l'Etat qui paie sauf pour les journalistes embarqués qui seraient tenus de payer leur billet...
Et tout ça pour satisfaire une promesse de campagne, Président s'étant engagé à visiter, pendant son quinquennat, toute la France.
Ça, c'est pour le symbole.


L'autre intérêt, non annoncé, de ce voyage en terres françaises et en Amérique Latine, c'est bien évidemment l'approche de la prochaine campagne présidentielle.
Il faut aller chercher toutes les voix, partout où traîne un électeur Français. Compte tenu de " l'incroyable popularité " dont Président bénéficie en ce moment, va falloir y aller à la pêche aux voix.
 Et Wallis et Futuna, c'est 9 000 électeurs, la Polynésie, c'est 186 938 inscrits sur les listes électorales en 2012, 4 100 inscrits au registre de l'ambassade française du Pérou, 14 548 en Argentine et 2 909 en Uruguay ( pays dont 30% de la population étaient française au 19ème siècle).

 C'est donc à la louche 200 000 électeurs qu'il va falloir séduire et convaincre au cours de ce voyage. Et 200 000 voix, mine de rien, c'est ce qui peut permettre de passer au deuxième tour, qui plus est quand tous les sondages nous annoncent que pour Président, s'il se présente, tout l'enjeu sera de passer le premier tour.

En 2012, au premier tour, 1 % des suffrages exprimés, c'était 340 000 voix !

 En 2012, 53% des polynésiens avaient voté Sarkozy !
Pas un hasard non plus si Président l'Etat paye à temps plein un de ses amis, Jean-Pierre Bel, ancien président du Sénat, pour sillonner en permanence les Caraïbes et l'Amérique Latine alors qu'il y a déjà dans tous ces pays une ambassade ou un consulat !

Et puis comme chacun ne le sait pas, 2 millions de Français vivent à l'étranger, mézavi que cette année, Président n'a pas fini de voyager...

Nous le voyons, si économiquement, ce long périple est sans intérêt, électoralement, il revêt une importance capitale.
La période est bien choisie, il n'aurait pas pu le faire une fois la campagne lancée.
Président est donc bien en campagne électorale, plus d'un an avant que l'officielle ne démarre.

Bien vu car en plus, cela ne lui coûtera pas un sou, comme tous les prochains voyages qu'il fera d'ici la fin de l'année, rien de tout cela ne sera imputé sur ses comptes de campagne.

 Exactement, comme faisait Sarkozy en 2011 et que toute la gaucholalie lui reprochait à l'époque! Avec vos sous !
 Avec le bel avion !

Le bel avion... ça me fait penser à ce que disait de celui-ci Ségolène Royal, le 4 juillet 2010 lors d'un pique-nique solidaire: " ... ça serait une décision très forte dans cette période de crise où l’'on voit tant de misère d’un côté, mais aussi tant d'’argent dégouliner de l'’autre.
 Nicolas Sarkozy doit sacrifier son avion de luxe ! ".
 Depuis lors, elle aussi le prend ce bel avion, on y mange très bien parait-il...

(1) Il est amusant de constater que l'association qui revendique ces indemnisations, l'association 193, 193 comme le nombre total d'essais nucléaires pratiquées par la France dans le Pacifique, a été créée il y a à moins de deux ans, en août 2014, soit pile-poil 20 ans après le dernier essai.

(photo ci-dessous: au fond de l'image, dans la salle à manger de l'avion présidentiel, en bleu ciel, Ségolène à la gauche de Président)

A lire, en complément de ce billet, celui de Lebuchard courroucé, ICI, Hollande, fumiste officiel.


Folie passagère 3071.




1 commentaire:

  1. J'aime vraiment votre article!
    Vous pouvez partager différents types d'articles,,, hahaha!

    RépondreSupprimer

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.