vendredi 26 février 2016

Hongrie. Viktor Orban va consulter son peuple sur l’accueil des migrants

Hongrie_Victor_Orban_peuple

 
25/02/2016 – 07H00 Budapest  (Breizh-info.com)

 Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a annoncé mercredi 24 février qu’un référendum sur le plan européen de relocalisation des réfugiés entre pays membres de l’Union européenne sera prochainement organisé dans son pays.

Soumis à une très forte pression de la part de certains pays de  l’UE, en particulier de la France et de l’Allemagne, Viktor Orban s’est déclaré résolument opposé à l’invasion migratoire de l’Europe.
 
« Le gouvernement a décidé la tenue d’un référendum sur la question des quotas obligatoires de répartition de réfugiés », a déclaré M. Orban.
 Cette décision, a-t-il précisé, « ne fait que répondre au sentiment de la population».
Selon lui, «introduire des quotas d’installation de migrants sans l’aval du peuple est tout simplement un abus de pouvoir».
 La date à laquelle se tiendra ce référendum n’a pas été indiquée.
La Hongrie avait déjà formé un recours en décembre 2015 devant la justice européenne contre les quotas de relocalisation adoptés en septembre 2015 par l’UE.
Pour Viktor Orban l’imposition de ces quotas ne peut en effet que bouleverser les équilibres ethniques, culturels et religieux de l’Europe.

En septembre 2015, alors que la Hongrie devait faire face à un afflux sans précédent d’immigrés, Viktor Orban n’avait pas hésité à faire part de son inquiétude  devant cette invasion : «Aujourd’hui nous parlons de centaines de milliers, l’an prochain nous discuterons de millions et, d’un seul coup, nous nous retrouverons en minorité sur notre propre continent
Cette prise de position n’avait pas manqué d’entraîner de vives réactions de la part des tenants de l’ouverture des frontières.

 Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, avait dénoncé la politique «scandaleuse» de la Hongrie visant à mettre en place un rideau de barbelés destiné à couper la route aux immigrés illégaux arrivant de Serbie.
 
«La race, la religion ou la nationalité de celui qui est dans le besoin ne changent rien au devoir d’assistance et à l’esprit de sacrifice», avait affirmé de son côté Donald Tusk, président du Conseil européen.
Dans une déclaration sur «Heute», le grand journal télévisé allemand, le ministre des Affaires étrangères luxembourgeois, Jean Asselborn, avait osé dire, tout en nuances, que «Si Viktor Orban est chrétien, alors Kim Il-sung l’est aussi (sic)».
 
Ce référendum sera-t-il considéré comme une pratique typiquement nord-coréenne par l’establishment européen ?

 Au vu des réactions qui précèdent, tous les espoirs sont permis…
 
Crédit photo : kremlin.ru/Wikimedia (cc)
 
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.