dimanche 21 février 2016

François Hollande : « (p)résident jusqu’au bout »

                                                    

 
Le 21/02/2016
François Hollande est un Florentin. Il est un animal à sang froid, un corps politique mou sur lequel les événements n’ont pas de prise.
  
 La France s’écroule sous les coups de boutoir d’une politique désordonnée ?
Les règles européennes et l’embargo russe sont des boulets qui empêchent l’agriculture française de redresser la tête ?
 Le chômage augmente inexorablement ?
 Notre politique étrangère en Syrie est couronnée d’échecs ?
 François Hollande n’en a cure.
Il (p)résidera jusqu’au bout et maintiendra son cap envers et contre tout.
 Lors de son intervention de deux heures au micro de Nicolas Demorand dans l’émission « Le téléphone sonne » vendredi 19 février, François Hollande s’est montré tour à tour charmeur, aimable et menaçant.
Ses menaces étaient directement adressées aux partis dits d’« extrême droite » partout en Europe.
Y compris, et surtout, ceux qui dirigent bien leurs pays respectifs.
 Mais François Hollande n’a honte de rien ; c’est, d’ailleurs, ce qui lui permet d’avancer.
« Les extrêmes droites en Europe ont progressé. Ici, chaque dirigeant à la table me parle de son extrême droite. Dans certains pays, cette droite dure a pu prendre des responsabilités. L’Europe a les moyens juridiques d’empêcher un pays de froisser les principes démocratiques. Si un parti d’extrême droite prenait le pouvoir (dans un pays européen), ces procédures seraient appliquées. S’il n’y a pas l’ambition européenne, l’Europe sera emportée. Et on dira nos regrets. L’Europe doit être à la fois un projet et une protection », déclarait François Hollande dans un élan d’autoritarisme glaçant.

Il ne manquerait plus que les peuples votent en fonction de leurs intérêts…
 
Lire aussi : L’éclaircie
 
L’Europe aurait donc les moyens « démocratiques » d’empêcher la démocratie de s’exercer de façon « antidémocratique » dans un pays souverain.
C’est tout de même sidérant.
Va-t-on bientôt devoir envahir les pays du Groupe de Visegrád parce qu’ils refusent d’être submergés par l’immigration de masse ?
Le Front national sera-t-il empêché s’il est élu ?
 L’Union européenne se dévoile sous son jour le plus sombre.

 Autoritarisme, projet messianique, volonté d’effacer les sensibilités politiques différentes, négation des identités nationales européennes qui ont façonné notre continent, intégration forcée sans prendre la peine de consulter ces masses inutiles que sont les peuples…

 Est-ce là un projet humaniste ou un projet totalitaire ?
 Quant à la « protection », on repassera.
 Migrants et terroristes pénètrent sur notre sol depuis des années sans susciter aucune réaction.
Notre économie est, quant à elle, soumise aux prédations chinoises (acier), intra-européennes (agriculture) et américaines (TAFTA) avec l’assentiment des « forces de progrès » auxquelles François Hollande se soumet de bonne grâce.

François Hollande a même osé dire : « Lorsqu’il y a des atteintes à la liberté de la presse, nous pouvons suspendre un pays de l’Union européenne. »

Visait-il la France, qui nomme ministre un patron de presse (Jean-Michel Baylet) se retrouvant en une de son journal familial le lendemain du remaniement ?

 Se dévoilant complètement lors de la fin de l’entretien, François Hollande a fait la démonstration de son immodestie profonde en se demandant : « Dès lors que les États-Unis se mettent en retrait, qui doit porter les valeurs de la démocratie ? L’Europe. »

Mieux que les évangélistes de Bush et la « moraline » de Clinton, voici François Hollande, le champion du bien universel en mission.

 On a vu le résultat en Libye et en Syrie…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.