dimanche 21 février 2016

Cambadélis : revirements, reniements et faux-semblants

                                                    

Le 21/02/2016
    
Invité sur RMC le 18 février, Jean-Christophe Cambadélis n’était pas d’humeur à discuter.

Il avait dû mal dormir ou pester que Sarkozy ne soit pas encore sous les verrous.
Au début de l’entretien, on évoque la primaire, de la gauche.
 Enfin… la seconde primaire de gauche.
 Décidément, ces gens-là semblent adorer le genre.
Primaires, somme toute ?
Plus que ça !
 Ou moins que ça, si l’on veut…
Interrogé quant au fait de rembaucher François Hollande en dépit de ses échecs, Cambadélis applique une fausse réserve ; expliquant qu’il y faut regarder : « Est-ce qu’il y a quelque chose de plus efficace ? Et qu’est-ce qu’il a fait ? Qu’il y ait un inventaire, c’est normal, mais il faut regarder le pour et le contre. »
Tout cela, tous ces faux-semblants pour…
Quelques minutes plus tard, poussé à bout par Jean-Jacques Bourdin lui disant que des électeurs socialistes voient l’action politique actuelle comme une machine à perdre, le premier secrétaire du PS nous délivre une magnifique parole schizophrénique : « Enfin ! Il faut se demander qui peut diriger ce pays… Qui peut le conduire au-delà de ce qu’il est ? Une présidentielle, c’est fait pour se tourner vers l’avenir. C’est pas fait pour sanctionner ce qui a été fait ou pas fait… »
Vous avez bien lu.

 C’est : « Du passé faisons table rase, surtout si c’est le nôtre ! »
Merveilleuse démonstration du ministère des faux-propos.
 On ne dit plus de bonnes choses – qu’on ne fera pas, bien entendu – tel Guillaume Larrivé commentant le départ du ministre de la Justice : « Mme Taubira a commis des fautes contre la France et contre l’intérêt national. »
 Chacun sait que c’est là propos de scène et que nulle sanction ne sera réclamée contre ces fautes.
 Mais chez les socialistes, panique ou fumette trop fortement dosée aidant, on ne sait même plus masquer son dire sous de bonnes intentions.
 Tordant !
Tordant si c’était Guignol qui tenait le propos.
 Mais quand c’est le premier secrétaire du Parti socialiste…
On peut s’interroger sur sa santé… mentale.
« La situation très difficile » explique pour lui les échecs des politiques : « La crise sur l’emploi, la crise européenne, la crise du terrorisme… »
 Toutes causes extérieures indépendantes de leurs possibles !
 Que bien sûr ils font.
Comme ce pitoyable François qui n’a rien d’autre à dire que « Je me bats de toutes mes forces contre le chômage ».
Il y a, d’ailleurs, grand succès dans l’emploi trouvé pour des ministres verdâtres qui le soutiendront en 2017.

Nous voyons comme une faute d’intelligence de la droite d’avoir abandonné la force et le courage politiques.
 Devant la vacuité des mesures présidentielles ou gouvernementales, il est pourtant aisé de démontrer l’ineptie de leurs paroles.
 Mais non, même ça, contrer le gouvernement là où ça blesse..
Souffler dessus d’une parole vraie, comme sur un pissenlit qui suffirait à faire « Valser » ces ministricules, excités du ciboulot…

Même cela, la droite n’ose plus le faire.

Pitoyable !

 Abrutissement des élites.

 Dieu ! Aidez-nous à cette prise de conscience.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.