vendredi 29 janvier 2016

Réception du mollah Rohani : la tartufferie au sommet

                                                    


Le 29/01/2016
 
Pour ne pas avoir à cacher ces seins qu’il ne saurait voir et ce vin qu’il ne saurait boire, il n’y aura pas de dîner officiel.
   
Désormais, parce que le seul désir qui peut encore être satisfait est celui du commerce et de la consommation, nous nous prosternons devant les monarchies du Golfe et les républiques islamiques, notre Président est prêt à grimper à califourchon sur un éléphant pour vendre des avions de guerre aux maharadjahs, et l’Italie, mère des arts, atteint au comble de la bassesse en enfermant ses éphèbes de marbre dans des coffres en bois.
Apothéose de Tartuffe.
Le président de la République islamique d’Iran Hassan Rohani est aujourd’hui à Paris.
 Pour ne pas avoir à cacher ces seins qu’il ne saurait voir et ce vin qu’il ne saurait boire, il n’y aura pas de dîner officiel.
Comme le disait Ulysse Gosset sur BFM TV : « Il n’est pas question de gâcher avec des questions de protocole, de vin à table ou de dîner qui se passe mal, un enjeu aussi important […]. »
 Seconde apothéose de Tartuffe.
Je t’aime et je te hais, amour et désamour au gré du vent et des chèques à signer.
 La gauche et la droite morales regardent ailleurs et se pincent le nez.
A-t-on le droit de rigoler ?

L’Iran hier infréquentable, le monstre en quarantaine, l’affreux, sale et méchant père de tous les maux de la planète, coupeur de têtes et de mains, pays où la lapidation des femmes est un sport national.
La faute à qui ?
Nos élites ont, en effet, la mémoire très courte, car il y a juste quarante ans, sous la présidence Giscard d’Estaing, l’ayatollah Khomeiny était le dieu de la gauche anti-Chah…
 Nos intellectuels allaient alors en pèlerinage à Neauphle-le-Château pour y saluer ce phare de la pensée moderne.

Il faut relire Michel Foucault vantant la révolution islamique : « C’est l’insurrection d’hommes aux mains nues qui veulent soulever le poids formidable qui pèse sur chacun de nous […]. C’est peut-être la première grande insurrection contre les systèmes planétaires, la forme la plus moderne de la révolte et la plus folle. »

Celui qui parlait à propos de Khomeiny du « saint homme exilé à Paris » n’était pas le seul à s’extasier, loin s’en faut.
Sartre et Beauvoir, le couple devant lequel la gauche morale se prosternait, firent aussi le voyage à Téhéran pour y soutenir le barbu enturbanné.
 La papesse du féminisme croyait sans doute à l’émancipation des femmes sous la burka. Existentialisme de la connerie, ces deux-là ne faisaient que rejouer la saga enamourée avec l’URSS, quand Sartre, au retour de son voyage dans l’Union soviétique de Khrouchtchev, vantait dans Libération sa rencontre avec « le citoyen soviétique [qui] améliore sans cesse sa condition au sein d’une société en progression continuelle ».
 Il affirmait même y avoir vu des vaches qui produisaient plus de lait que dans notre France capitaliste.

Nos intellectuels de gauche (ils l’étaient tous !), ceux qui pratiquent aujourd’hui tous azimuts la reductio ad hitlerum, ont soutenu toutes les dictatures au nom des lendemains qui chantent.

Non seulement ils furent tous les thuriféraires de Mao et de sa révolution culturelle, mais ils saluèrent avec les même envolées lyriques la victoire des Khmers rouges en avril 1975 : « Le drapeau de la résistance flotte sur Phnom Penh », s’enthousiasmait alors Libération.

Quant au Monde, sous le titre « Phnom Penh libérée », il écrivait : « Une société nouvelle sera créée, […] le Cambodge sera démocratique, toutes les libertés seront respectées… »

 Résultat : le génocide le plus efficace de l’Histoire : en quatre ans, 1,7 million de morts (un quart de la population).

Les « intellectuels français » ont-ils retenu la leçon ?

 Pensez-vous !

Au nom du « vivre ensemble » et du « pas d’amalgame », ils sont prêts, tout pareil, à la collaboration la plus veule avec les barbus.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.