dimanche 27 décembre 2015

Migrants : une "invasion organisée" pour le président tchèque

 

Publié le | Le Point.fr
 
 
 Un officier croate porte un enfant migrant attendant de passer la frontière du pays le 19 octobre 2015. AFP PHOTO / ANDREJ ISAKOVIC
 
 Un officier croate porte un enfant migrant attendant de passer la frontière du pays le 19 octobre 2015. AFP PHOTO / ANDREJ ISAKOVIC © Copyright (c) 1998 Hewlett-Packard Company/ ANDREJ ISAKOVIC
 
Connu pour ses déclarations controversées, Milos Zeman affirme que la fuite des jeunes hommes de Syrie ou d'Irak renforce l'État islamique.
 
Le président tchèque Milos Zeman, connu pour son discours anti-migrants, a qualifié d'"invasion organisée" l'actuelle vague migratoire, invitant les jeunes migrants de Syrie ou d'Irak à plutôt "prendre les armes" contre le groupe État islamique (EI), dans son message de Noël diffusé ce samedi 26 décembre.
 "Je suis profondément convaincu que nous faisons face à une invasion organisée et non à un mouvement spontané de réfugiés", a déclaré Milos Zeman, élu à la tête du pays début 2013.
Selon lui, la compassion est "possible" à l'égard de réfugiés vieux, malades et enfants, mais non envers les jeunes hommes qui devraient, estime-t-il, se battre pour la liberté de leur pays.
 "Une grande majorité des migrants illégaux sont les jeunes hommes en bonne santé, et célibataires. Je me demande pourquoi ces hommes ne prennent pas les armes pour aller se battre pour la liberté de leur pays, contre l'État islamique", a indiqué le président. Selon lui, "leur fuite renforce objectivement l'État islamique".

Une comparaison avec l'occupation nazie

Milos Zeman a évoqué dans ce contexte l'exemple des Tchèques ayant quitté leur pays sous l'occupation nazie (1939-1945) afin de "se battre pour la liberté de leur pays et non pour recevoir des allocations sociales en Grande-Bretagne".
De son côté, le Premier ministre tchèque Bohuslav Sobotka a critiqué le discours du président, estimant que celui-ci était "resté dans ses préjugés et son habituelle simplification des choses".
Connu pour ses déclarations controversées, le président tchèque, âgé de 71 ans, avait participé mi-novembre à un rassemblement anti-immigration et anti-islam, organisé à Prague par un mouvement xénophobe, en compagnie de politiciens d'extrême droite et d'une unité paramilitaire.

 Près de 70 % des Tchèques s'opposent à l'entrée de migrants et de réfugiés dans leur pays, selon un récent sondage.

source

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.