vendredi 27 novembre 2015

Le chômage rechute fortement


Chômage rechute fortement
 
Il fallait s’y attendre : les derniers chiffres – pour le mois d’octobre – du chômage ne sont pas bons ; et même franchement mauvais.
 
Malgré les exhortations, les supplications présidentielles, la fameuse courbe rechute fortement.
Il fallait s’y attendre ?
 Oui ! Car, jamais, les discours et les bonnes opinions de soi n’ont constitué une politique !

Les chiffres du chômage avaient déjà connu un net repli au mois de septembre.
 Pour celui d’octobre, c’est encore bien pire, puisqu’il connaît là sa plus forte hausse depuis 2013, avec 42.000 « demandeurs d’emploi » sans aucune activité supplémentaires (+ 1,2 %), qui portent désormais le triste record à 3,59 millions (3,85 millions avec l’outre-mer).
 
Le retour du chômage

Sur un an, le nombre d’inscrits à Pôle emploi dans cette même catégorie A a ainsi augmenté de 3,7 %.
La hausse est moins importante en ce qui concerne les demandeurs d’emploi exerçant une activité réduite (+ 13.100).
 Le total se porte à 5,43 millions de personnes (sans aucune activité ou avec une activité réduite) inscrites en métropole ; 5,74 millions dans la France entière.

On peut, comme le font les responsables socialistes, essayer de tordre ces chiffres et leurs causes dans tous les sens : la réalité est là, et elle ne peut s’interpréter que d’une manière, surtout lorsque l’on subit le chômage, à savoir que notre politique n’est pas efficace.
Le gouvernement semble s’en étonner, au motif que sa politique serait bonne.
 Mais c’est, une fois encore, qu’il lui faudrait changer de lunettes : l’idéologie n’est pas une bonne vue.


Et les réactions ne manquent pas.
Le président du Medef, Pierre Gattaz, souligne qu’il s’agit d’une « très mauvaise nouvelle, alors que notre pays traverse de graves événements ».
« Il est plus que jamais nécessaire, ajoute-t-il, de redresser notre économie pour faire face aux défis du terrorisme. » Pour sa part, la CGT réclame « une autre politique industrielle pour vraiment lutter contre le chômage ».

Une rechute et ses conséquences
Côté politique, les Républicains, par la voix d’Eric Woerth, leur délégué général au projet du parti, fustigent le « grand manque d’efficacité des actions », soulignant que « la France ne pourra jamais vaincre le chômage de masse à coup d’emplois aidés financés sur de l’argent public ».
De son côté, le Front national estime que « cette montée en flèche du chômage confirme l’arnaque des discours fabriqués par le gouvernement sur la prétendue reprise ».

Tout cela est très vrai. Malheureusement, ces discours ne sont qu’un état de la situation, et n’apportent pas de solution.
 En période de crise, l’opposition est une place facile…

Ce qui est sûr, c’est que le gouvernement patauge.
« Ces chiffres ne sont pas satisfaisants », affirme le ministre du Travail, Myriam El Khomri.
Pas besoin d’être sorti de Polytechnique pour dresser, effectivement, ce constat succinct.
Et l’on se dit que François Rebsamen doit être bien heureux, sur ce point, de lui avoir abandonné ce portefeuille pour s’en retourner à Dijon…

Myriam El Khomri déclare cependant que ces chiffres « doivent être interprétés avec prudence car les résultats de ces derniers mois connaissent de fortes variations ».

Un pouvoir fortement ébranlé

Dans son entourage, au ministère, on ose même se risquer à dire que l’on « espère que la baisse s’enclenchera en 2016 ».
 Ce que le nouveau ministre traduit ainsi : « Je ne peux pas vous dire quand nous aurons une baisse durable, mais ce que je peux dire, c’est que pour faire baisser le chômage, il faut deux préalables : la croissance et que l’économie crée de l’emploi. Et les deux préalables, ils sont là. »

On ne sait pas si l’un quelconque de ces tartuffes y croit.
 Mais il suffit qu’il le dise.
 Que dire d’autres, en effet, à huit jours d’élections régionales annoncées d’ores et déjà comme catastrophiques pour le pouvoir socialiste en place ?

François le Luc

source

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.