mercredi 24 juin 2015

L’illusion Alain Juppé

                                                    


Le 24/06/2015

À dire vrai, on serait bien en peine de trouver des différences réelles entre François Hollande et Alain Juppé sur le plan idéologique.

À dire vrai, on serait bien en peine de trouver des différences réelles entre François Hollande et Alain Juppé sur le plan idéologique.
Pourtant, médias et analystes de la vie politique française continuent de maintenir l’illusion d’une adversité entre Les Républicains mous de la « pseudo-droite » et les sociétalistes durs de la « pseudo-gauche », quand toutes les observations attentives de leurs bilans et discours tendent à prouver qu’ils sont frères jumeaux.
 Entre Juppé et Hollande, la différence n’est que sémantique, et le choix relève de l’alternance plutôt que de l’alternative.
Cependant, quelques Français veulent encore y croire…
Selon le baromètre IPSOS du Point, Alain Juppé est le seul ténor politique à voir sa cote grandir en ce mois de juin 2015, et notamment auprès des militants de gauche.
 Il est l’homme politique enregistrant le plus fort taux de bonnes opinions au classement général, avec pas moins de 57 % d’opinions favorables (+2 %). Il est à 56 % de bonnes opinions chez les sympathisants du parti sociétaliste et à 45 % de bonnes opinions chez les militants du Front national (+11 % !).
Tous les autres cadors baissent.
Comment expliquer de tels scores, si ce n’est par la campagne médiatique d’une ampleur inouïe en sa faveur ?


Tout le système s’est rangé derrière Alain Juppé, présenté comme un homme pragmatique et honnête, personne ne regarde avec objectivité la nature funeste de ses propositions pour la France.


Ont-ils oublié que le centriste mou fut un piètre Premier ministre ayant causé la dissolution, puis conséquemment, l’arrivée de Lionel Jospin aux affaires ?
Alain Juppé est un homme du passé, qui « séduit » temporairement en raison d’une crise terrible qui perturbe les Français et leur ôte tout sens critique.
 Si François Hollande, et Manuel Valls, sont rejetés à juste titre, ne devrait-il pas en être de même à propos d’Alain Juppé et des « Républicains », tout aussi coupables du déclin moral et économique national ?
Sur le volet laïcité, le Bordelais se situe dans la droite lignée de Bernard Cazeneuve, ou de Gérald Darmanin qui cède tous les jours face aux revendications communautaires.
 Sur la partie économique, il ne présente aucune différence avec Emmanuel Macron, étant lui-même le chantre de la mondialisation forcenée, et de son corollaire, la perte de souveraineté de la France.


Quant à la problématique migratoire, aujourd’hui ultra-prioritaire, Alain Juppé est favorable à la politique de peuplement de nos campagnes que préconise Jean-Pierre Raffarin (son camarade de parti), et n’entend rien tenter contre l’immigration massive que les Français refusent, et redoutent, dans leur immense majorité.


 Bref, Alain Juppé n’est pas la solution, il est le problème.


Il ne fait aucun doute que cette mode passagère n’est due qu’à l’excitation des éditorialistes et des clercs, les fameux « faiseurs d’opinion ».


Pour ma part, je ne doute pas une seule seconde que les Français se ressaisiront dans les ultimes instants, face aux enjeux contemporains.


 Ils plébisciteront les vrais patriotes, lesquels sont les seuls à même de proposer une alternative politique crédible.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.