jeudi 16 avril 2015

Cimetière de Castres: le déséquilibré en djellabah hospitalisé

Publié le 16 avril 2015 à 17:29


Les tombes profanées au cimetière de the Saint-Roch à Castres le 15 avril 2015.


(Avec AFP) – L’enquête sur la profanation de 215 tombes chrétiennes du cimetière Saint-Roch de Castres (Tarn) a rapidement progressé jeudi avec le placement en garde à vue d’un suspect, qui a été interné d’office en hôpital psychiatrique.
 
« La garde à vue a été levée, le suspect, âgé de 21 ans, étant dans un état délirant inaccessible à la communication, et il a été hospitalisé d’office », a indiqué le vice-procureur Charlotte Beluet à l’AFP.

Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, venu dans le Tarn pour rendre hommage à un policier tué par un chauffard il y a une semaine, a visité le cimetière profané et a insisté sur le « respect des croyances et des opinions des uns par rapport aux autres » (sic).
« Le suspect, interpellé à 12h45 jeudi, correspond au signalement donné par un témoin, un employé du cimetière, qui avait repéré un homme vêtu de blanc de type djellabah, et l’avait suivi », a expliqué la magistrate.
« On a retrouvé des vêtements correspondants à la description à son domicile », dans le même quartier que le cimetière et que la salle de prière musulmane attenante, a ajouté Mme Beluet.
Mais la magistrate souligne que rien n’a pu venir éclairer les actes dont l’homme est suspecté, et notamment pas une revendication religieuse.(?)
« L’homme répète en boucle des prières musulmanes, il bave et est inaccessible à la communication : son état a été déclaré incompatible avec une garde à vue » en raison de ses troubles psychiatriques, a-t-elle cependant précisé.

« Ce sont clairement des atteintes aux symboles de la foi chrétienne », a déclaré à l’AFP le maire divers droite Pascal Bugis, en soulignant que de nombreuses croix avaient été cassées ou jetées à terre.
Dès jeudi matin, l’Union des Mosquées de France avait condamné « avec la plus grande vigueur la profanation », dans un communiqué.

« On poursuivra des investigations pour mesurer son degré de responsabilité et savoir si à un moment il est audible ou non », a déclaré le vice-procureur de Castres.
L’ampleur des dégâts commis mercredi lors de la pause déjeuner des gardiens du cimetière avait conduit à s’interroger sur le nombre des vandales à l’œuvre.

Selon la magistrate, cet homme « était seul » lors des faits.
La nature des dégradations est compatible avec l’action d’un seul homme, a-t-elle estimé, en précisant : « On n’est pas sur des tombeaux ouverts, ce sont des croix décrochées, jetées par terre. »

Rien de grave, en somme...

source

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.