dimanche 25 janvier 2015

Le droit au pétrole passe avant les droits de l'homme (et de la femme encore davantage)

 
 
 
 
Cela me fait de la peine de voir défiler à Riyad les dirigeants des plus grands pays d'occident pour, selon le protocole, "exprimer leurs condoléances" à la famille du défunt roi Abdallah ben Abdelaziz Al Saoud. En réalité, cela s'appelle "faire allégeance", non ?
 
J'essaie d'imaginer ce que seraient les habitants de ce territoire vaste comme quatre fois la France sans le pétrole situé sous leurs pieds.
 J'essaie d'imaginer ce qu'ils seront aux yeux des plus grands dirigeants du monde quand (cela arrivera forcément un jour) quelqu'un, ailleurs (et sans doute pas dans ce genre de pays qui n'inventent jamais rien d'utile ni de beau) inventera un procédé énergétique en remplacement du pétrole.
Imaginer ce qu'ils seront, c'est assez facile en somme : ces gens reviendront au mode d'existence qui était le leur avant le pétrole.
 Il faut espérer qu'ils ne débarqueront pas par millions du bord de vieux rafiots sur nos côtes en Méditerranée.
Ils auront vécu une parenthèse enchantée, bien plus belle et bien plus longue que nos modestes "trente glorieuses".
 Un Machin-Truc Al Saoud sera le roi d'un ensemble de ruines immobilières, de vestiges de puits déglingués, d'un parc automobile à bout de souffle et de carburant, et ce dernier détail aura pour effet bénéfique d'ôter une frustration aux femmes puisque l'Arabie est le seul pays au monde où les femmes sont privées du droit de conduire.
 Mais les hommes garderont le droit de leur couper la tête au sabre en pleine rue, comme nous venons d'en voir la vidéo la semaine dernière.
 Et un blogueur récalcitrant pourra toujours être condamné à recevoir mille coups de fouet... jusqu'à ce que l'électricité vienne à manquer, faisant disparaître les blogueurs, car ce n'est pas avec les revenus de l'exportation de yaourts au lait de chamelle que l'Etat islamique pourra financer le fonctionnement des puits.
Quand le président Sarkozy se rendait en Chine, il se trouvait toujours de bons socialistes pour le prier d'y évoquer les droits de l'homme piétinés.
 
Quand le président socialiste Hollande se rend en Arabie saoudite pour se prosterner devant le roi du pétrole, aucun de ces mêmes socialistes  ne trouve opportun de lui confier un message droit-de-l'hommiste.
 
 Madame Royal a soudain perdu sa langue, Madame Belkacem, ex combattante acharnée du droit des femmes, préfère regarder ailleurs ce qui s'y passe.
WIKIPEDIA -- L'Arabie saoudite est une monarchie islamique de type absolu contrôlée par la famille Saoud. Elle abrite les deux plus importants lieux saints de l'islam : Masjid al-Haram (à La Mecque) et Masjid al-Nabawi (à Médine). La devise nationale du pays est : « Il n'y a de dieu que Dieu et Mahomet est son prophète ». La Constitution du pays se fonde sur le Coran et la sunna selon la compréhension des compagnons de Mahomet. Aucune manifestation ou culte d'une autre religion n'est acceptée et ceux qui expriment à ce titre une opinion différente sont déclarés apostats et passibles de la peine de mort. La liberté de religion de la population non musulmane d'origine y est très restreinte, et doit s'exercer exclusivement dans le domaine privé. Les femmes n'ont quasiment aucun droit ni aucune liberté en Arabie saoudite et sont légalement sous la tutelle des hommes. L'Arabie saoudite est le dernier pays au monde où les femmes sont privées du droit de conduire. Dès leur naissance, les Saoudiennes sont placées sous l'autorité légale d'un homme, le « gardien », qui peut être leur père, leur mari, leur frère, leur oncle ou même leur fils. Les femmes ne peuvent pas voyager sans l'autorisation de leur « gardien ». L'Arabie saoudite impose une stricte séparation des sexes. La plupart des maisons, banques ou universités ont une entrée pour les hommes et une entrée pour les femmes. De nombreux crimes sont passibles de la peine de mort, comme l'apostasie ou le prosélytisme non musulman. Le pays compte environ 6 millions d'immigrés bénéficiant de peu de droits. -- WIKIPEDIA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.