samedi 20 décembre 2014

Zemmour est prié de se taire/ un islamiste poignarde 3 policiers dans un commissariat.

Le 20/12/2014

Image d'archive

Image d’archive

 
 
A Joué-lès-Tours, un homme a été abattu après avoir poignardé trois policiers en criant Allah ou Akbar – des mots sans aucun sens, les mots d’une personne perturbée, des mots sans aucun rapport avec l’islam.
 
L’affaire est suffisamment inquiétante pour que le parquet antiterroriste ait été immédiatement saisi de l’enquête.
Aujourd’hui samedi, commissariat de Joué-lès-Tours, en Indre-et-Loire.
A 14 heures, un homme entre dans le commissariat.
 Il est insultant, agressif et armé d’un couteau.
Trois policiers tentent de le calmer.
Le jihadiste sort son couteau et frappe un premier policier en visant le cou… toujours le cou, comme pour décapiter et le blesse à la joue et à l’oreille, et rate de peu la carotide.
Il frappe ensuite sauvagement à coups de couteau les deux autres policiers.
Un adjoint de sécurité sort son arme et tire.
L’homme, meurt sur le coup.

L’enquête a été ouverte pour tentative d’assassinat, association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste, et confiée à la sous-direction antiterroriste de la police judiciaire, à la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) et à la direction interrégionale de la PJ d’Orléans.
Donc les enquêteurs en savent déjà beaucoup sur le terroriste.
 Et ils n’ont pas vu venir le coup.
Comme à Toulouse, comme à Bruxelles, ce qui est préoccupant car cela renforce les thèses que nous défendons sur Dreuz, à savoir que les services de renseignement ne sont pas équipés pour surveiller tous les islamistes.
 
L’agresseur est « Français », originaire du Burundi et né en 1994.
 Son frère est connu des services pour ses positions radicales.
 Il a même envisagé de partir combattre en Syrie.
Ce genre de Français que les défenseurs des droits de l’homme entourent de tous leurs soins.
C’est un repris de justice, un délinquant laissé en liberté par la loi Taubira pour qu’il puisse continuer à semer la terreur, et il a semé la terreur.
 
C’est aussi un islamiste surveillé « pour ses position radicales ».
 
« Pour faire face à la menace, un policier a été obligé d’ouvrir le feu, et devant la virulence de l’agresseur, un deuxième policier a également ouvert le feu », a déclaré Pierre-Henry Brandet, porte-parole du ministère de l’Intérieur à BFMTV.
« Une enquête devra déterminer quelles sont les motivations précises de l’agresseur, puisque pour l’instant, on ne le sait pas ».

Il a hurlé Allahou Akbkar du moment où il est entré jusqu’à son dernier souffle

Tant qu’on ne « saura pas » quelles sont les motivations des islamistes, il y aura de plus en plus d’attentats terroristes.
Celui là, a déclaré un policier, « a hurlé Allahou Akbkar (Dieu est le plus grand en arabe), du moment où il est entré jusqu’à son dernier souffle».
« L’homme était très déterminé puisqu’il a poignardé plusieurs fonctionnaires de police au visage et au niveau de l’oreille. Il n’y avait pas d’autre choix que d’ouvrir le feu », a déclaré Nicolas Comte, secrétaire général SGP Police, toujours sur BFMTV.
 
Les trois policiers ont été transportés à l’hôpital.
 L’un d’eux est grièvement blessé.
Sa vie n’est pas en danger.
 
Ils doivent se sentir bizarre, ce soir, les journalistes de RTL et d’iTélé qui demandent l’exclusion de Zemmour parce qu’il « ternit les valeurs de vivre ensemble ».



dreuz.info



 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.