samedi 20 décembre 2014

Mistral : Les 400 marins russes ont quitté définitivement Saint-Nazaire.

 
le-mistral-francais-demarche-la-marine-russe
 
BREIZATAO – NEVEZINTIOU (19/12/2014)
 
 En juin, 400 marins russes étaient arrivés à Saint-Nazaire, à bord du navire-école « Smolny », pour apprendre à manoeuvrer le Vladivostok, l’un des deux Bâtiments de projection et de commandement (BPC) commandés par la Russie en 2011 pour 1,2 milliard de dollars.
 
Ils ont quitté le port breton définitivement.
Conformément à ce qui avait été prévu, ces marins ont bel et bien reçu la formation nécessaire pour naviguer à bord du Vladivostok.
Sauf que le président français François Hollande a suspendu, jusqu’à nouvel ordre, la livraison du navire à la Russie.
Du coup, ne pouvant pas repartir avec le Vladivostok, qui aurait dû être livré le 14 novembre dernier, les marins russes sont condamnés à l’oisiveté.
 Et comme l’on ignore quand la livraison aura lieu (si elle a lieu un jour), il a décidé de les faire revenir en Russie. Ce qu’a confirmé un porte-parole de DCNS.
« Je peux confirmer que les marins russes vont rentrer avant les fêtes de fin d’année », a-t-il déclaré, ce 17 décembre.

 Et ce dernier ignore quand ils reviendront à Saint-Nazaire.
Citée par l’agence Interfax, une source du ministère russe de la Défense a récemment expliqué que le contrat des BPC prévoit un délai de trois mois supplémentaires pour la livraison du premier navire sans que des pénalités ne soient imposées à la partie française.
Sur cette question, le président Poutine a indiqué, il y a deux semaines, qu’il ne réclamerait que le remboursement des sommes déjà payées.
 
Par ailleurs, une autre source militaire, dont les propos ont été repris par Ria Novosti, a indiqué que la « conception et la construction de porte-hélicoptères russes figurent dans le programme à long terme de la construction navale nationale d’ici 2050 » et que, à cette fin, les bureaux d’études Nevskoe et Severnoe ont été sollicités.

 Et de souligner que les industriels russe ont « acquis une expérience utiles en construisant les parties arrières des Mistral commandés à la France ».

Toujours selon elle, les « spécialistes qui contrôlaient minutieusement le déroulement de la construction ont été pleinement satisfaits ».

source

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.