mercredi 31 décembre 2014

Lille : nouvelles et inquiétantes agressions, ce week-end, à Masséna-Solférino.

 Par la rédaction pour La Voix du Nord, Publié le 30/12/2014
ARNAUD DUFRESNE



Une des victimes, 19 ans, a eu plusieurs dents fracturées, dimanche matin, à l’angle des rues Ratisbonne et de Solférino. PHOTO LA VOIX
VDN

Le secteur festif Masséna-Solférino a connu une série de vols avec violences, ce week-end, perpétrés par des bandes parfois organisées, qui s’attaquaient aux fêtards en fin de nuit. L’un d’eux a plusieurs dents fracturées.

Vincent a 19 ans, habite Ronchin, et a un avis désormais très tranché sur le quartier Masséna-Solférino qu’il côtoie : « Ça craint. »

« Donnez tout ce que vous avez sur vous »

Dimanche, peu avant 5 h 30 du matin, le jeune homme s’y trouve encore avec plusieurs amis, quittant le Seven-Club.
 Mais à une cinquantaine de mètres de la boîte, à l’angle des rues Ratisbonne et Solférino, des inconnus l’attendent.
« Ils étaient cinq, ils sont allés vers nous, un gars a sorti un couteau et ils ont dit : Donnez tout ce que vous avez sur vous. »
Deux amis obtempèrent, lâchant notamment un téléphone, mais Vincent, lui, refuse.
 La sanction est immédiate.
« Ils m’ont jeté au sol, et m’ont donné des coups de pied.
 Je me suis mis en boule.
Et puis ils sont repartis aussi vite qu’ils étaient venus, en voiture.
Ça n’a pas duré cinq minutes. »

« Une bande organisée. Je pense qu’ils attendent les gens à la sortie des boîtes pour les racketter »

La police est appelée, et interpelle un suspect mais qui ne sera pas reconnu ensuite par les victimes. Vincent, lui, est hospitalisé.
Bilan : trois dents fracturées, une fissure au palais, et un traumatisme facial, occasionnant dix jours d’arrêt légal de travail.
 Et surtout, l’impression d’avoir été attaqué par « une bande organisée. Je pense qu’ils attendent les gens à la sortie des boîtes pour les racketter. Dans leur voiture, il y avait un chauffeur prêt à partir ».

Déjà, la veille...

Ces violences interviennent après d’autres, la veille, dans le même secteur.
Samedi matin, vers 4 h, d’abord, une BAC patrouillant rue Masséna est appelée par un passant. 
Le jeune homme âgé de 18 ans explique qu’il s’est fait agresser avec des amis par quatre inconnus, alors qu’ils commandaient des sandwichs dans une baraque ambulante.
 Selon la victime, les agresseurs leur ont foncé dessus à coups de poing et jets de lacrymogène, dérobant un téléphone et un portefeuille.
Là aussi, dans la foulée, les policiers interpellent deux suspects sur les indications des victimes.
Mais ils sont libérés sans poursuites le lendemain, car pas formellement reconnus.
 
Samedi, enfin, vers 4 h 30, un témoin appelle la police expliquant qu’il a reconnu les voleurs de son téléphone portable (le vol date du 12 décembre), et qu’il les suit.
 Les policiers s’élancent.
 Lorsque le témoin rappelle : les deux suspects viennent de commettre un nouveau vol de portable, rue Masséna, contre un jeune homme de 27 ans.
 
Mais les amis de ce dernier ont immobilisé les deux suspects au sol, qui sont ensuite interpellés.

 Les deux mineurs sans domicile ont été entendus, puis libérés avec une convocation devant un juge pour enfants.

       

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.