samedi 27 décembre 2014

C’est Noël, Monsieur le Président. Comme cadeau, offrez-nous un Zemmour !

Ecrit le 27 déc 2014 à 1:00 par Arthur de Watrigant et Jacques de Guillebon dans Poing de vue

Eric Zemmour


Monsieur le président,

Nous-mêmes ne sommes présidents de rien, même pas du racisme.
Mais nous sommes français, honneur dont nous avons hérité sans avoir rien fait pour cela.
Nous aimerions simplement pouvoir transmettre cet honneur aux suivants, nos enfants, ceux des autres, ceux qui sont nés ici – et parfois ceux qui sont nés ailleurs, s’ils mesurent la portée de cette dignité.
C’est pourquoi nous vous prions d’intervenir auprès du CSA pour que l’accès à la parole dans les médias d’Eric Zemmour soit garanti et même étendu.
Même s’il nous arrive de ne pas être d’accord avec lui sur de nombreux sujets, un homme que SOS Racisme, Pierre Bergé ou Josiane Balasko veulent réduire au silence ne peut que nous séduire.
 Car les couleurs nationales que ces bas du front exècrent et qui sont l’un de nos derniers bien, M. Zemmour, lui, les aime, les admire et les défend.
 Pour cela, nous réclamons qu’il continue de parler.
Oh, certes pas au nom d’une sainte « liberté de pensée », qui n’a jamais existé nulle part d’ailleurs.

Mais simplement, au nom de l’égalité du temps de parole.
 Si l’amour passionné de Zemmour pour notre pays enflamme parfois ses plaidoiries d’un excès condamnable, le même excès poussa jadis Josiane Balasko, la Marianne de Cachan, le poitrail embusqué derrière un tee-shirt rouge, à braver la République pour défendre l’illégalité.

Zemmour comprend mal les femmes ?
 Sans doute.
Mais pas plus qu’un Pierre Bergé qui ne voit de différence entre la location de son bras pour travailler à l’usine et la location de son ventre pour fabriquer un enfant.
Zemmour est maladroit quand il tempère l’histoire de Vichy ?
Sans doute.
 Lui au moins, qui n’est pas un journaliste de gauche comme savait Debord, ne dénonce personne, contrairement Jean-Luc Mélenchon.

Zemmour préfère le verbe de Péguy au verbiage de BHL, la violence de Bernanos au dogmatisme de Plenel, les soldats de l’an II aux troufions du gender ?
 Il a au moins le goût pour lui.
Zemmour n’est pas un faible, il n’est pas parfait, il n’est pas non plus persécuté.

 C’est un réac, trop juif pour être antisémite, trop berbère pour être raciste, trop cultivé pour être stupide, trop marxiste pour être de droite, trop barrésien pour être de gauche, trop déraisonnable pour être du centre, trop assimilé pour méconnaitre son pays et trop admiratif pour le laisser à l’abandon. Etc.

Itélé, chaîne privée, est parfaitement fondée à s’en débarrasser.

On admire même son courage qui la fait se priver des audiences du trublion.

Mais c’est Noël, Monsieur le Président.

Comme cadeau, offrez-nous un Zemmour.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.