dimanche 23 novembre 2014

Regroupement régional : une réforme sans rime ni raison.


Tcho


Le 22 novembre 2014


   
La réforme régionale démontre que la déraison est une maladie contagieuse.

Il semble que , malgré sa longueur, le débat parlementaire sur le projet de réforme régionale n’ait rien appris au ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve, qui répète en boucle la formule rituelle selon laquelle il faut donner à nos régions la « taille critique nécessaire pour faire face aux autres régions européennes ».
Concept ressassé depuis 25 ans par une poignée d’ idéologues socialistes, plus soucieux de faire du vent que de résoudre les vrais problèmes de la France.
Les régions d’Europe sont-elles en concurrence en fonction de leur taille ?
Bien sûr que non puisque, à nos portes, la Sarre, plus petite que presque toutes les régions françaises, est tout à fait heureuse de son sort et que les cantons suisses, encore plus petits, se débrouillent très bien comme il sont.
Rarement on aura vu un gouvernement engagé dans une réforme autant dépourvue de rime et de raison.
 Répétons le : nos régions ne sont pas plus petites que celles du reste de l’Europe.
 Leur taille moyenne (2,9 millions d’habitants pour l’hexagone) est égale à celles de l’Italie, et supérieure à celles de l’Espagne. Enfin, 8 länder allemands sur 15 et 20 états américains sur 50 sont au-dessous de la moyenne française.
« Il est quelquefois nécessaire de changer certaines lois ; mais le cas est rare ; et lorsqu’il arrive, il n’y faut toucher que d’une main tremblante » (Montesquieu).
 A plus forte raison quand on touche à un repère aussi fondamental que l’organisation territoriale.

En opposant un découpage en 15 régions à un découpage en 13 régions, le Sénat aura perdu une occasion de montrer à quoi il servait : il n’était pourtant pas difficile pour cette assemblée récemment passée à droite de s’opposer à un projet aussi indéfendable.
D’autant que cette réforme inutile va coûter cher : contrairement à ce que trop de gens croient, en effet, les opérations de fusion et de regroupement dans la sphère publique génèrent toujours, nous disons bien toujours, des coûts supplémentaires.
 Exemple : l’intercommunalité, qui avait généré près de 200.000 emplois publics.
 Mais il y en a bien d’autres.
 C’est la méconnaissance de ce fait basique qui explique largement que, malgré 25 ans de « réforme de l’Etat », les dépenses publiques ne soient toujours pas maîtrisées.
On ne pouvait par ailleurs imaginer de réforme plus méprisante pour la France rurale.
 Songeons qu’il n’y aura plus aucune métropole régionale entre la Loire, la Garonne et le Rhône, soit sur un tiers de notre territoire, celui qui, selon les très intéressantes études de Christophe Guilluy, est aujourd’hui le plus déshérité.
 Même chose entre Paris et Strasbourg.

Il y a bien des raisons morales ou religieuses pour manifester contre la loi Taubira, mais la meilleure est sans doute de faire barrage à cette irruption de la déraison qui consiste à vouloir marier un homme et un homme, ou une femme et une femme, alors que la récente réforme des conseils généraux, concoctée par le même gouvernement, oblige les candidats à se présenter en tickets homme-femme !

 On croit rêver.

 La réforme régionale démontre que la déraison est une maladie contagieuse.

Ce n’est pas seulement en matière sociétale qu’elle s’exprime : toute l’action publique est désormais contaminée.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.