samedi 29 novembre 2014

Les gendarmes sont quantité négligeable, personne pour les soutenir...

Le 28 Novembre 2014
Lu sur le blog  Franco-Politico




Pour ceux qui n'auraient pas encore compris, et, souvenirs d'une vie antérieure, je crois me rappeler qu'une grenade OF a un poids voisin de 300/400 gr, ce qui lui donne une possibilité de jet de 35 mètres avec un rayon d'efficacité de 5 mètres.

Conclusion : La victime était donc à moins de cinquante mètres des forces de l'ordre qui (voir les reportages TV) recevaient des cocktails Molotov.
Comme la distance de jet d'un cocktail Molotov est sensiblement égal à celui d'une OF, on est en droit de penser que la victime pouvait se situer dans le groupe des lanceurs des dits cocktails.
On peut aussi penser qu'il ne faisait que manifester.
 Mais dans ce cas-là, est-il judicieux d'essayer de se faire entendre au milieu d'un groupe de… manifestants ?
On peut se poser ces questions, mais peut-on l'écrire ?

Et je rajouterai qu'ils commencent à me gonfler avec ce jeune qui n'avait qu'à aller réviser ses cours dans sa chambrette d'étudiant au lieu de jouer les Rambo face aux forces de l'ordre car en attendant qui paye les dégâts qu'occasionnent ses soi-disant amis écolos (voitures incendiées, abribus détruits, poubelles ravagées, macadam à regoudronner, vitrines endommagées ,etc...)

A savoir  :  l'autopsie a révélé un taux d'alcool de 1,5gr/l chez ce fameux écolo !!!mais silence des média ....
 
Toute la presse crie à la bavure des gendarmes dans la mort du jeune homme lors du maintien de l’ordre au barrage de Sivens (81).

Le comble a été atteint mardi soir au journal de RTL où l’on a pu entendre l’animateur Fogiel attiser les foules contre les gendarmes.
Sa méthode est simple.
Comme il a le courage d’une poule et ne veut pas assumer ses opinions, il répète toutes les minutes une interrogation.
 «  Les gendarmes ont-ils commis une bavure ? »
Le mot d’ordre est clair dans les milieux parisiens.
Il faut bouffer du gendarme.

 Il faut soutenir le parti ultra-minoritaire violent des écologistes. (1)
C’est sur l’antenne la plus écoutée de France que cet animateur, sous couvert d’information laisse entendre que les gendarmes ont volontairement lancé une grenade offensive sur un individu qui passait par là.
La violence des manifestants est passée sous silence, les armes qu’ils utilisent pour attaquer les forces de l’ordre n’existent pas.
 Enfin leur méthode d’occupation des terrains et de mise en cause systématique de la volonté du plus grand nombre est toujours passée sous silence.
 Enfin on ne sait pas qui ils sont véritablement.

C’est bien en face de forces qui ne reconnaissent pas le scrutin universel que se trouvent des gendarmes.
Ces forces qui ne sont pas concernées par les élections ni par les représentants que le peuple se donne,  méprise la population dans son ensemble en imposant, à force de renforts quelques fois étrangers mais toujours violents la volonté de quelques-uns uns au plus grand nombre.
Nous nous retrouvons dans la configuration où les écologistes incapables d’obtenir des suffrages suffisants, impose à la nation sa seule volonté au plus grand nombre par l’envoi d’éléments violents.
Faut-il interdire ce parti politique?
La question est aujourd’hui d’actualité.

Mais voilà, nous ne bénéficions pas de l’esprit supérieur de ces totalitaristes masqués, de ces insurrectionnels voilés.
La position de l’opposition est nette.
Silence.
Il n’y a plus d’opposition.
C’est Bayrou qui nous a expliqué dans la journée de dimanche pourquoi il n’y avait pas d’opposition.
 En fait nous sommes gouvernés par une force politique qui va de gauche au centre jusqu’à l’UMP.
L’UMP reconnaît de fait, la parole du gouvernement comme la sienne.

Dans tous les cas, gendarmes, n’attendez jamais le moindre soutien de l’UMP qui s’est illustrée en mettant en œuvre la disparition de la gendarmerie.
Dans ce concert, les responsables des forces de l’ordre, le ministre de l’intérieur a tenté dans un premier temps de faire front face aux forces anti-démocratiques soutenues par les élus EELV, mais cela n’a pas duré.
Il a immédiatement reculé et a pris la décision de désarmer les gendarmes, de désarmer notre république pour laisser le champ libre à toutes ces personnes qui contestent la volonté populaire.

La conclusion s’impose, nous ne sommes plus en république.

 C’est la violence qui gouverne.

Il est évident que la vérité est cachée au plus grand nombre.
Nous devons savoir combien il y a eu blessés dans les forces de l’ordre, nous devons connaître les moyens employés pour les agresser et quel était le dispositif mis en place par les responsables.
Etait-il suffisant ou a-t-on envoyé les gendarmes à la boucherie ?
De toutes façons avec les décisions de Cazeneuve de désarmer les gendarmes, leurs épouses peuvent préparer leurs mouchoirs et leurs enfants peuvent s’attendre à ne plus voir leurs pères ou peut-être des pères brûlés, dévisagés par les acides ou les flammes que les gentils écologistes leur ont lancé à la figure sous les applaudissement des médias parisiens.
Oui, en conscience, Caseneuve envoie les gendarmes se faire battre, se faire mutiler, ou se faire tuer.
 Je pense que je n’exagère pas puisque je fais le constat des moyens employés pour les attaquer.

Nous exigeons de notre côté que des poursuites soient engagées contre les responsables des manifestations, contre ceux qui les soutiennent pour les attaques en bandes armées contre les représentants de l’ordre.

L’aboutissement de cette affaire est simple.

 L’Etat n’est plus en mesure d’assurer la paix publique.

 Demain, naturellement, le peuple s’organisera lui-même pour que ses décisions soient respectées et cela en faisant front à ceux qui brûlent le drapeau national sur la place de Gaillac.

 Leur message a été clair, pas de nation, place à la violence et à l’arbitraire.

J mestries

(1) Les écologistes parisiens seront crédibles lorsqu’il produiront leur énergie en plaçant des éoliennes sur les toits de Paris et en plaçant des centrales électriques le long de la seine. Mais non ils seraient gênés. La gène n’est bon que pour le populo des campagnes, ces rustres mal léchés.

source

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.