samedi 22 novembre 2014

Kenya : 28 passagers d'un bus exécutés par des shebabs .

Le Point - Publié le - Modifié le
 

Des soldats de l'Union africaine à la frontière somalienne en septembre 2014.

Des soldats de l'Union africaine à la frontière somalienne en septembre 2014. © MOHAMED ABDIWAHAB / AFP

Une fois à l'écart de la route, les assaillants ont contraint les 60 passagers à descendre et ont séparé les non-musulmans des musulmans.

Vingt-huit passagers d'un bus ont été exécutés ce samedi matin dans le nord-est du Kenya, près de la frontière avec la Somalie.
 L'attaque est attribuée aux islamistes somaliens shebabs.
 Il y avait environ 60 passagers dans le bus.
Les miliciens ont tendu une embuscade à environ huit kilomètres de la sortie de Mandera, ville frontalière avec la Somalie.
Une fois à l'écart de la route, les assaillants ont contraint les passagers à descendre et ont séparé ceux identifiés comme non-musulmans des musulmans.
Ils sont remontés dans le bus avec les non-musulmans et ont tenté de quitter la zone, mais le bus s'est embourbé.
Ils ont donc exécuté leurs prisonniers.

Descentes dans les mosquées

Cette attaque intervient alors que la police kényane a effectué lundi des descentes contre quatre mosquées de Mombasa, deuxième ville du pays, sur la côte kényane.
Ces quatre mosquées ont été fermées par les autorités, qui estiment qu'elles sont passées sous le contrôle de prédicateurs radicaux liés aux shebabs et servent de bases à la préparation d'attaques.

Le Kenya - et notamment les régions frontalières avec la Somalie - a été le théâtre d'une série d'attaques attribuées aux shebabs depuis que Nairobi a envoyé ses troupes combattre les islamistes dans le Sud somalien en octobre 2011.

En juillet, les shebabs avaient revendiqué l'attaque d'un bus sur la côte kényane, dans la région de l'archipel touristique de Lamu, à une centaine de kilomètres de la frontière somalienne qui avait sept morts.

 Une série d'attaques revendiquée par les shebabs en juin et juillet dans cette région visant des villages et des véhicules avaient fait une centaine de morts.

source

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.