samedi 29 novembre 2014

Jugeons nos élus sur leurs actes !


robert-menard-tartuffe

 
Le 28 novembre 2014
   
Leur cynisme est devenu insupportable à tous ceux qui chérissent leur pays et leur civilisation.

Quelle que soit notre sensibilité politique, nous assistons médusés au spectacle affligeant de nos élus qui trahissent leurs électeurs au lendemain de leur élection.
 Leur cynisme est devenu insupportable à tous ceux qui chérissent leur pays et leur civilisation.
Ne voit-on pas des députés, fanfaronnant dans les rangs de la Manif pour tous être absents le lendemain à l’Assemblée nationale lorsqu’il s’agit de soutenir les mesures en faveur de la famille ou de la vie ?
C’est à une voix près que les allocations ont été mises sous condition de ressources mardi dernier…

Pour eux, tout semble affaire d’opportunisme !
La communication politique a pris le pas sur les convictions, au point que comptent avant tout des considérations purement marketing.
Quelques règles élémentaires structurent l’action politique : maîtriser son image, avoir un plan média et surfer sur la vague.
Nicolas Sarkozy excelle à l’exercice, comme il nous l’a encore prouvé devant les militants de Sens commun.
À ceux qui travaillent à l’abrogation de la loi Taubira, aux maires courageux qui ont fait objection, à ceux qui ont milité pour une clause de conscience, aux juristes qui œuvrent en ce sens depuis de très longs mois et, en un mot, aux très nombreux Français qui se sont mobilisés dans les rangs de la Manif pour tous, il jette avec mépris un « Si ça vous fait plaisir, ça ne coûte pas très cher… »


Caractéristique de la désinvolture et du double langage de nos élus, le propos de l’ancien Président traduit l’indécence du personnage qui espère bien siphonner le maximum de voix lors de l’élection à la présidence de son parti.
 Il sera toujours temps, le lendemain, de faire le contraire.
Nous portons une part de responsabilité de ces comportements politiques mesquins, aux antipodes de ce que doit être la politique au sens noble du terme.
Car tout en étant saturés de ces compromissions successives qui conduisent notre pays à l’agonie, nous tardons à prendre les rênes de notre destin.
Il ne suffit pas, en effet, de recommander à nos élus conciliants de signer des chartes, encore faut-il s’assurer qu’ils font tout pour les appliquer.
Combien sont-ils, en effet, à s’être engagés en signant la Charte de la Manif pour tous sans qu’aucun geste concret ne soit venu infléchir leur politique municipale ?
 Ont-ils mis en œuvre son contenu, à commencer par la nomination d’un adjoint à la famille ?
Ont-ils pesé sur les inspections académiques et les écoles municipales pour éviter l’introduction de l’idéologie du genre ?
Ont-ils veillé à protéger nos enfants des affichages dégradants ?

Ont-ils tout mis en œuvre pour faire de la famille une priorité et la mettre au cœur de la cité ?

Élu à Versailles, je suis abasourdi de voir des députés s’afficher en tête de cortège sur les allocations familiales et être absents le surlendemain à l’Assemblée nationale pour le vote de l’amendement visant à consacrer l’universalité des allocations.
Cette politique spectacle des belles photos, des bonnes paroles et des meilleurs tweets ne peut plus continuer !

 Nous ne voulons plus de professionnels de la politique qui voient dans l’élection un plan de carrière abrité souvent derrière leur statut confortable de haut fonctionnaire.

 Nous devons reprendre notre destin en main en contrôlant de près l’action politique, en nous opposant au gaspillage des fonds publics et en refusant d’être dirigés par des technocrates qui pensent d’abord à se servir avant d’œuvrer au bien commun.

Alors, seulement, nous pourrons dire qu’on ne lâche rien !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.