lundi 29 septembre 2014

Voyage au pays des "sans-dents" - Hélène : la révolte d'une mère.

Lundi 29 Septembre 2014 à 11:06 (mis à jour le 29/09/2014 à 12:12)
Par Pierre-Alexandre Bouclay
 
 

Hélène : "Ils n'auront plus jamais ma voix." Photo © Pierre-Alexandre Bouclay
Témoignage. « Mon mari ne voulait pas assumer une vie de famille. Il nous a abandonnées quand Solange avait 4 ans. »
 
Hélène a donc élevé sa fille seule, tout en travaillant à la comptabilité d’une entreprise de la zone industrielle de Capécure.
À la fin des années 2000, elle a été victime d’un plan social, avec cinq de ses collègues.
« À 50 ans, dans mon secteur, on ne retrouve pas de travail. J’ai dû me débrouiller. J’ai touché le fond, le RSA, puis j’ai réussi à reprendre une petite activité de secrétaire dans un cabinet médical. Je travaille à mi-temps. »
Parallèlement, elle s’occupe de sa petite-fille de 2 ans : « Ma fille a fait des études de droit. Elle galère, mais c’est une bosseuse. En attendant le résultat de ses concours, elle jongle avec trois petits boulots, dont un de serveuse, dans une boîte de nuit. Nous vivons ensemble, pour faire des économies. »
 Parfois incapables de boucler les fins de mois, Hélène et Solange ont dû faire appel à la générosité d’amis ou d’associations caritatives pour habiller convenablement la petite : « Je n’aurais jamais cru que j’en arriverais là. On va chez Emmaüs pour trouver des vêtements ou des objets pas trop chers. »
 
Quand elle entend parler de la gauche, Hélène perd son calme : « J’ai voté socialiste toute ma vie. Même en 2012. J’ai toujours travaillé, je n’ai rien contre une juste redistribution des richesses. Mais trop, c’est trop. J’ai vu les ravages de l’immigration, le laxisme, l’insécurité. La ville s’est dégradée en même temps que la France. Les Français les plus fragiles sont abandonnés par leur propre gouvernement. Et en plus, on apprend que le président se moque de nous ! Ils n’auront plus jamais ma voix. »

source

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.