lundi 25 août 2014

Marseille : le braquage finit dans le sang

 Marseille. Publié le Lundi 25/08/2014 à 05H03



    Faits Divers - Justice - Actualités - Marseille : le braquage finit dans le sang - 1


Après avoir braqué une voiture, un homme écrase un policier puis tire, avant d'être abattu, sur le port de l'Estaque

Ça sentait le chichi-frégi et les vacances, hier soir, sur le port de l'Estaque, où des estivants en short se baladaient main dans la main en mangeant des glaces.
Vers 21 heures, c'est dans ce décor paisible que s'est joué l'épilogue d'une effroyable course-poursuite qui s'est achevée dans un bain de sang.
Consternés, le préfet de police Bonnetain et un représentant du parquet de Marseille se sont rendus immédiatement sur les lieux pour mesurer la gravité des faits.
Entre le camion pizza et la baraque à chichi, un homme d'une trentaine d'années a fini par être abattu par la police après avoir volontairement percuté un fonctionnaire, qui restait hier soir dans un état très préoccupant.
 Un déchaînement de violences qui a aussi causé une victime collatérale, une passante de 39 ans, qui a été sérieusement blessée à la jambe.
Le destin du braqueur s'est précipité entre le quartier de Saint-André et l'Estaque (16e), où il venait d'être localisé par les forces de l'ordre.
Vers 19 heures, il avait signé le premier acte de cette effroyable soirée en commettant un violent car-jacking, arme à la main, dans une station-service entre Martigues et Port-de Bouc.
Le propriétaire du véhicule, une Citroën C3 noire ayant laissé son téléphone portable dans sa voiture, la police parvient toutefois à géolocaliser le malfaiteur 45 minutes après le braquage.
Des patrouilles sont positionnées sur son possible trajet de fuite, qui prend la direction de Mourepiane.
Un barrage est notamment mis en place au niveau du rond-point de la cité Consolat Mirabeau (15e), où la voiture volée est finalement aperçue.
C'est là que le fonctionnaire de police sera grièvement blessé.
Sortant d'un des deux véhicules présents sur place pour interpeller le fuyard, ce policier de la compagnie de sécurisation et d'intervention (CSI) d'une quarantaine d'années est violemment percuté par la voiture volée.
Son conducteur n'hésite pas à lui rouler dessus, le laissant pour mort.

Le policier blessé souffre d'un enfoncement de la cage thoracique

Des coups de feu sont échangés et la Citroën est prise en chasse par les véhicules de police, qui parviennent à lui faire barrage, à quelques kilomètres de là, au beau milieu du joli port de l'Estaque, où des centaines d'estivants sont attablés en terrasse.
 La Citroën percute encore un véhicule de police et s'immobilise.

Cerné, le malfaiteur sort son arme par la vitre, provoquant un mouvement de panique sur le port.
"Il a fait feu au moins une fois", indiquait-on hier soir de source policière.
Un motard, qui se trouvait à côté de la Citroën, plonge à terre pour éviter la balle.
 Les policiers répliquent aussitôt.
 L'homme est grièvement blessé, il décédera quelques minutes plus tard.
Mais une autre victime est à déplorer.
Une jeune femme, qui attendait sa monnaie devant un camion pizza stationné sur le port de l'Estaque, a été atteinte à la cuisse d'un éclat d'ogive dont on ignorait hier soir la provenance.
Sérieusement blessée, elle a été transportée à l'hôpital Nord.
Ses jours ne sont pas en danger.
Le policier blessé souffre de multiples fractures et d'un enfoncement de la cage thoracique.
Dans l'attente de s'assurer de l'absence de lésions internes, son pronostic vital était hier soir réservé. "Le malfaiteur lui a roulé dessus sur la totalité du corps. Par chance, la tête a été épargnée", confiait un de ses collègues.

L'auteur du car-jacking et de la tentative d'homicide était âgé d'une trentaine d'années.
 Il était très défavorablement connu des services de polices notamment pour des vols.
 Son arme a été retrouvée dans la voiture volée.

Hier soir, à l'Estaque, sa famille et de nombreux membres de la communauté des gens du voyage de Port-de-Bouc, à laquelle il appartenait, se sont rassemblés sur le port de l'Estaque.

 Deux compagnies de CRS ont été mobilisées pour assurer le maintien de l'ordre.

Jugeant les faits suffisamment clairs, le parquet de Marseille a estimé que la légitime défense était sans aucun doute constituée et a décidé de ne pas saisir l'Inspection générale de la police nationale (IGPN).

source

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.