lundi 25 août 2014

Manuel Valls accélère l'explosion du PS

 Par Ivan Rioufol le 25 août 2014 13h23


 Manuel a présenté la démission de son gouvernement suite aux déclarations d'Arnaud Montebourg.



Il ne peut être fait reproche au premier ministre de vouloir consolider la cohérence d’une politique qui n’en a pas.
 Il est d’ailleurs ahurissant d’observer Cécile Duflot, qui a mis à genoux le secteur de l’immobilier par sa réforme dirigiste, donner des leçons de gestion au gouvernement auquel elle a participé.
 Il n’en reste pas moins que la fragilité de l’exécutif, qui vole partiellement en éclat par le simple effet d’une insolence du ministre de l’Economie, est liée aux mensonges initiaux du président de la République sur les responsabilités de la finance, de l’Europe, de l’Allemagne, etc., dans les maux dont souffre la France.
 Comme l’a dit François Bayrou, dimanche sur RTL-LCI : "Les problèmes ne viennent pas de l’extérieur, mais de chez nous".
Valls a l’opportunité, dans la formation de son équipe, de confirmer son émancipation d’un PS immobile et anachronique.

L’échec avéré des partis traditionnels - PS et UMP se partageant le palmarès - ouvre la voie aux coalitions et autres unions transpartisanes.
Alain Juppé, dans un entretien à la Revue civique, s’interroge, parlant de la déroute du socialisme français : "Est-ce qu’il est capable de se rénover, de trouver avec une partie de la droite actuelle une base éventuelle de travail, entre le social-libéralisme et la social-démocratie ?".
Bayrou est sur cette même ligne.
Le temps de la refondation du monde politique est venu.

Valls osera-t-il jouer cette carte?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.