vendredi 29 août 2014

L’été de tous les PS.


ps


Le 29 août 2014


   
Ostensiblement atomisé, le parti de La Rochelle semble bien loin d’Épinay.

Ce jeudi soir, pour la première fois, les militants socialistes n’ont pas eu droit au traditionnel apéritif d’ouverture de leur Université d’été, offert chaque année par la fédération de Charente-Maritime, à La Rochelle.
 Motif ?
 Les instances dirigeantes du PS souhaitaient que le maire de la ville, Jean-François Fountaine, prononce le discours d’ouverture de leur grand rendez-vous annuel.
 Problème : Jean-François Fountaine n’est pas membre du PS.
 Il en a été exclu pour avoir maintenu sa candidature aux dernières municipales alors qu’il avait perdu la primaire locale contre Anne-Laure Jaumouillié, adjointe du maire socialiste sortant.
La fédération a donc refusé tout net et annulé l’événement.
Cette anecdote à elle seule suffit à se faire une idée du climat rochelais en cette fin de semaine. Comme dit Mickaël Vallet, le patron de la fédération de Charente-Maritime, à propos de l’inconséquence de Solférino : « Ça dit des choses sur l’état du PS. »
 Sans blague ?

Sont présents à cette Université d’été des individus dont plus personne ne sait – eux-mêmes non plus, apparemment – ce qu’ils peuvent bien avoir encore en commun : Christophe Cambadélis et Manuel Valls, bien sûr, mais aussi Arnaud Montebourg, Benoît Hamon et Aurélie Filippetti.
Si la météo locale prévoit des éclaircies dans un ciel nuageux, c’est à peu près la seule.
Les députés frondeurs de « Vive la gauche ! » seront aussi de la partie, ou presque, puisqu’ils tiendront une réunion publique en marge de l’événement, samedi 30.
 Quant à Martine Aubry, qui a mis fin à sa diète médiatique cet été pour mener une charge contre l’exécutif, elle boude purement et simplement le grand raout du parti, comme Ségolène Royal.
Autre grand absent, pourtant ministre de premier plan dans la nouvelle configuration du socialisme gouvernemental : Emmanuel Macron, qui préfère « se consacrer à la prise en main de ses dossiers et à la constitution de son cabinet ».
Tiens, donc.
En guise de « parole gouvernementale », les militants auront tout de même droit à Michel Sapin, Fleur Pellerin et l’indispensable Najat Vallaud-Belkacem.
Cerise sur le gâteau : samedi après-midi aura lieu une réunion consacrée à « l’unité de la gauche », à laquelle sont notamment conviés l’écologiste Emmanuelle Cosse, le communiste Pierre Laurent et l’ancien MoDem Jean-Luc Bennahmias.

D’avance, on sentait en effet que le PS disposait de toute la légitimité nécessaire pour rappeler que « l’union fait la force » : dès l’annonce de la composition du nouveau gouvernement de Manuel Valls, le MJS du 92 avait publié sur son site une tribune intitulée « Les Jeunes socialistes Hauts-de-Seine en résistance contre le nouveau gouvernement »…

Ostensiblement atomisé, le parti de La Rochelle semble bien loin d’Épinay.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.