vendredi 29 août 2014

Bloc-notes : les partis politiques, ces boulets à traîner





                   
La vérité est là, penaude : le Parti socialiste se montre incapable de gouverner.

Sur aucun des défis qui assaillent la France - le totalitarisme islamique à ses portes, la fracture identitaire sur son sol, le désastre économique et social, etc. - la gauche bavarde et rêveuse n’a de réponses cohérentes.
 Elle hésite à désigner l’adversaire, à choisir son camp, à mesurer les réalités.
 À vouloir marier les contraires, le hollandisme s’avère un mirage.
 François Hollande, trempé-guené dimanche à l’île de Sein, mène l’État à son naufrage pour n’avoir jamais jugé utile de construire une doctrine.
En se reposant initialement sur ses boucs émissaires (Nicolas Sarkozy, la finance, l’Allemagne, etc.), le chef de l’État a autorisé pour son camp de semblables désinvoltures, dont Arnaud Montebourg est l’aboutissement théâtral.
Mais c’est le peuple, effaré par ces incompétences, qui trinque.

La comédie française jouée par cet ambitieux, déjà moqué chez Molière, ridiculise la nation aux yeux du monde. Les grasses impertinences que Montebourg a lâchées, dimanche à Frangy-en Bresse (Saône-et-Loire), ont suffi à déstabiliser l’ensemble du gouvernement.
Manuel Valls a bien fait de se séparer, lundi, de ce fantasque ministre de l’Économie qui, dans un pays asphyxié par la dette (2 000 milliards d’euros), soutenait : "La réduction des déficits est une absurdité financière."
 Mais ce fut une sottise de l’avoir mis là, sachant ses divergences sur la relance.
 Il est effarant de constater l’irresponsabilité qui accompagne bien des nominations délicates, décidées sur un coin de table.
Avec la même légèreté, Benoît Hamon a choisi de quitter l’Éducation nationale à la veille de la rentrée des classes.

Faut-il leur rappeler cette banalité, à tous ces "claque-dents de tribunes et orateurs de carrefours" (Chateaubriand) ?

 Oui, les temps sont tragiques. (La suite ici)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.