samedi 21 juin 2014

Trois jeunes gens blessés par des tirs .

21/06/2014 05:38
  Indre


Les jeunes étaient au pied de ces immeubles quand cinq hommes ont fait irruption avec des armes de chasse. - Les jeunes étaient au pied de ces immeubles quand cinq hommes ont fait irruption avec des armes de chasse.
Les jeunes étaient au pied de ces immeubles quand cinq hommes ont fait irruption avec des armes de chasse.


Issoudun. Des jeunes qui discutaient au bas d’un immeuble ont été blessés par cinq hommes cagoulés qui ont fait irruption dans le quartier Nation.


J'ai été réveillée par le bruit. C'était impressionnant. Regardez le panneau stop, on peut compter les impacts de balles ! Ils ne venaient pas pour s'amuser, c'est sûr.
Cette jeune femme habite dans l'immeuble du quartier Nation devant lequel s'est déroulé l'incident au cours duquel trois jeunes ont été blessés, dans la nuit de jeudi à vendredi, vers 3 h 30.
Les victimes étaient, semble-t-il, occupées à discuter au sein d'un petit groupe réuni sur le trottoir. « Tout à coup, cinq individus cagoulés et gantés ont fait irruption avec des fusils. Ils ont tiré sur les jeunes », raconte cette mamie.
Deux d'entre eux, âgés de 17 ans et de 19 ans, ont reçu plusieurs plombs provenant d'armes de chasse. Le premier a été grièvement blessé à un poumon ; le second a reçu des plombs sur l'avant-bras et sur le corps.
 Un troisième aurait été légèrement blessé au poignet.

 Selon des témoins, les jeunes restés sur place auraient ensuite pourchassé les agresseurs, parvenant à désarmer l'un d'entre eux et à le neutraliser jusqu'à l'arrivée des secours.
Les victimes ont été prises en charge par les pompiers et hospitalisées à Châteauroux.
Hier, les habitants ne s'expliquaient pas encore les raisons de cette agression.
« Ils étaient au calme à discuter. Il fait tellement chaud dans les immeubles, qu'on est mieux dehors à cette saison. Ils ne faisaient rien de mal. Ça ressemble à un règlement de compte. Mais pourquoi ? », s'interrogeait une habitante.
Des questions auxquelles devront répondre les enquêteurs de la gendarmerie.
Dépêchés en nombre sur les lieux, hier, ils ont auditionné de nombreuses personnes tout au long de la journée.


source

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.