jeudi 29 mai 2014

Une marche contre le FN, ou l’usage galvaudé de la notion de citoyenneté ?


moutons-bibendum84


Le 29 mai 2014

   
Depuis le 25 mai au soir, nous entrons dans les-heures-les-plus-sombres-de-notre-histoire.

Depuis le 25 mai au soir, nous entrons dans les-heures-les-plus-sombres-de-notre-histoire.
Un quart des Français – se sentant suffisamment concernés par la question européenne pour aller voter – ont plébiscité le parti honni, la bête immonde, le FN.
Cette consécration électorale n’a pas été du goût de tout le monde, et dès le dimanche soir, plusieurs événements étaient lancés sur Facebook : l’un proposant de se mettre à pleurer chez soi suite aux résultats (de désolation ou de joie, c’est à votre libre appréciation), l’autre intitulé « Tous en noir contre le F-haine », proposant aux participants de se vêtir d’habits noirs jusqu’au 28 mai.

Outre ces manifestations de désolation (ou de joie, c’est selon), une marche a été organisée par Lucas, jeune lycéen en terminale à Marseille.
Cet événement lancé dès lundi matin sur Facebook s’intitule « Marche citoyenne contre le FN» et se déroulera ce jeudi dans plus de 18 villes : Lyon, Paris, Toulouse ou encore Avignon – gageons qu’Olivier Py mènera le cortège.

Elle entend montrer « au FN, aux partis politiques, aux journalistes, au monde, que nous dénonçons le racisme, la xénophobie, la haine, le repli sur soi de ce parti, et que les Français ne partagent pas ces valeurs ».
 Une initiative qui ne vole pas très haut pour le jour de l’Ascension.

Des marches sont, de nos jours, utilisées pour un peu toutes les causes, de la marche contre les projets immobiliers de la famille Mulliez au chat qui s’est fait torturer.
 Exploitation de l’affect, du pathos, du sentimentalisme à tout crin, elles n’ont pour seule utilité que la publicité éphémère autour de leurs organisateurs.
 Organisateurs dont, dans le cadre de cette marche, on peut s’interroger sur leur légitimité : dans ceux qui s’indignent, combien sont allés voter ?
 Combien se sont réellement renseignés sur les réalités d’un parti qu’ils diabolisent si allègrement ? Combien ont une réelle notion de la démocratie ?
L’intitulé de leur marche est révélateur : dire qu’une marche est « citoyenne », c’est considérer que l’initiative est un élément de démocratie directe, en voulant lui attribuer la même légitimité que le vote.
L’usage du mot « citoyen » est, de nos jours, utilisé à toutes les sauces de façon partisane, pour tenter de donner une légitimité à des actions qui ne le sont pas forcément.
 Le FN est un parti légal, qui a été choisi par 25 % des Français qui sont allés voter, action qui relève d’une vraie démarche citoyenne par la participation à la vie collective via les urnes.

 Ainsi, manifester en réaction d’un vote en se targuant d’une démarche citoyenne est une incohérence face aux valeurs que l’on prétend, avec facilité, défendre.

Quitte à s’indigner, autant aller à la marche qui vient d’être lancée pour le 7 juin prochain : la « Marche républicaine contre les racistes, les méchants et les gens qui aiment pas les autres gens ».

Au moins, on y rigolera bien.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.