samedi 31 mai 2014

Quand la drogue et les prostituées font baisser la dette en Europe

Nina Godart
Le 30/05/2014 à 16:52
Mis à jour le 30/05/2014 à 16:57     
 
 
La prostitution et le trafic de drogue rapportent 12 milliards d'euros en Grande-Bretagne. (Remy Gabalda - AFP)

 
La prostitution et le trafic de drogue rapportent 12 milliards d'euros en Grande-Bretagne. (Remy Gabalda - AFP)

 
Certains pays européens comptent désormais les revenus d'activités illégales telles que le trafic de drogue et la prostitution dans leur produit intérieur brut. Ainsi gonflé, la dette en proportion du PIB paraît moins importante.

La coke et les prostituées font les affaires des statisticiens européens.
 Après la Suède, l'Italie et l'Espagne, au tour de la Grande-Bretagne de compter les revenus de la prostitution et du trafic de drogue comme une richesse nationale.
Ces pays se conforment à une nouvelle règle statistique européenne qui veut que les transactions économiques illégales soient comptabilisées dans le PIB des Etats.
Cette méthodologie, nommée SEC 2010, a été rédigée par Eurostat pour établir de nouvelles normes comptables européennes qui permettent de comparer les statistiques des différents pays membres de l'UE.

 La France s'y est conformée pour la première fois en mai.
 Mais l'Insee a refusé d'intégrer l'économie illégale dans le calcul du PIB.
L'Institut français de la statistique "n'incorpore pas les activités illégales dans ses estimations, dans la mesure où les circonstances dans lesquelles s'effectuent ces activités ne permettent pas de considérer que les parties prenantes s'engagent toujours librement dans ces transactions", précise-t-il.

Plus de budget pour l'Europe

Dommage pour l'Hexagone, parce qu'en Grande-Bretagne, les recettes des trafics de stupéfiants et d'êtres humains, de plus de 12 milliards d'euros, ont fait progresser le PIB de près d'un point, selon l'Office national des statistiques (ONS).
Il grossirait de la même proportion en Espagne, selon l’Institut National de la Statistique (INE).
"Une façon commode de gonfler le PIB", estime Olivier Berruyer, spécialiste de la gestion du risque dans la finance et l'assurance, et surtout, de diminuer l'endettement, en tout cas en apparence.

 "Quand le PIB augmente, le ratio dette/PIB diminue", explique Olivier Berruyer.

Bruxelles peut également s'en réjouir pour ses propres recettes: les pays-membres dont le PIB grossit participent plus au budget européen, puisque leur contribution est indexée à leur niveau de richesse.

source

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.