lundi 26 mai 2014

Le retournement… c’est zéro !


hollande-retournement


Le 26 mai 2014

   
Hollande, spécialiste en écran de fumée, a mis sur la table la grande réforme des collectivités territoriales, histoire de faire diversion.

Il l’avait bien promis, notre président visionnaire, le retournement économique est proche.
 Nous avons déjà les prémices de ce magnifique résultat donné par l’INSEE : « Croissance zéro au premier trimestre ».
La France entière a des frissons à l’annonce de ce résultat encourageant.
 Michel Sapin ne dit-il pas sur toutes les ondes : « Ce n’est pas grave [...] ce résultat conforte la politique économique du gouvernement. »
 Pour affirmer enfin : « Nous devons accélérer notre programme pour continuer à avancer vers les bons résultats. »
Ce pourrait être la blague d’un Coluche ou d’un autre comique, mais non : c’est le ministre des Finances.
 Les Français doivent faire savoir à ces hommes politiques inconscients ou cyniques ce qu’ils pensent de cette rigolade.

Sapin, encore, nous affirme que la prévision de croissance de 1 % n’est absolument pas mise en danger, que tout ira bien demain.
 Pendant ce temps-là, l’INSEE révise la croissance pour 2014 à 0,4 %, ce qui paraît beaucoup plus proche de la réalité.
Ces annonces, mauvaises pour notre pays, devraient au contraire mobiliser tout le monde « pour faire autrement ».
Changer de politique (ou de politiciens) est la seule issue.
Le même jour, Arnaud Montebourg, pourfendeur des entreprises et du redressement, sort un décret des plus étonnants.
Il veut limiter, interdire ou gérer les investissements étrangers en France.
 Avec, pour slogan, le « patriotisme économique », interdit par l’Europe et contre-productif.
 Alors que la France est en panne, alors que General Electric veut investir dans notre pays, Montebourg refuse.
Il se permet de faire la fine gueule sur l’argent qui nous est proposé.
 Serait-il plus aimable si c’était le Qatar qui rachetait une entreprise française ?
Les chiffres sont terribles.
 Dans la même semaine, nous avons entendu Rebsamen nous rappeler son ambition (et celle de Hollande) d’avoir 3 millions de chômeurs en 2017, l’INSEE nous annonce croissance zéro, Montebourg ne veut pas des investissements étrangers alors que Ségolène veut racheter les autoroutes.
Ce fut un festival, mais hélas, cela ne se passait pas à Cannes.

Hollande, spécialiste en écran de fumée, a mis sur la table la grande réforme des collectivités territoriales, histoire de faire diversion.
La presse ne parle que de cela et la plupart des chefs de parti seront complices de cette chimère.

Quand j’étais au lycée, on disait « Arrête de me faire rire, j’ai les lèvres gercées ».

Aujourd’hui, Sapin, Montebourg et toutes ces équipes de bras cassés ne me font plus rire du tout, et ne font plus rire les Français non plus.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.