lundi 31 mars 2014

Monsieur « petites blagues » ne nous fait plus rire.


hollande


Le 31 mars 2014


   
Hollande à La Haye, ce n’était vraiment pas drôle.

Pour cause de rattachement de la Crimée à la mère patrie russe, les puissances réunies à La Haye ont décidé que le G8 deviendrait le G7.
Sans la Russie.
 Le G8 prévu à Sotchi (Russie), en juin prochain, a donc été annulé.
 La Chine a soutenu les sanctions contre la Russie, ce qui laisse songeur car, à tout prendre, la Crimée est plus indiscutablement russe que le Tibet n’est chinois.
 Exclusion du G8 ?
Comme le dit Sergueï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères, « ce n’est pas une grande tragédie » pour la Russie.
De son côté, un journal français note justement : « Adieu G8, bonjour les BRICS. »
 Le G8 devenu G7 est même devenu vite G6.
En effet, François Hollande est rentré plus vite que prévu à Paris.

Il avait, paraît-il, des choses à y faire.
Encore une balade en scooter ?
Il s’agissait plutôt, à l’occasion des municipales désastreuses pour son camp, de distiller à des journalistes des demi-informations comme quoi il y aurait peut-être un remaniement, mais peut-être pas. Bref, de pathétiques pseudo-confidences politiciennes dont les Français se contrefichent comme de l’an 40.
Plus concret, les membres du G7 ont appelé l’Europe à acheter moins de gaz russe.
 Il couvre actuellement 30 % des besoins énergétiques européens.
 Pourquoi ne pas l’acheter ailleurs ?
Tiens, par exemple – au hasard –, aux États-Unis, euphoriques depuis leur exploitation du gaz de schiste ?
Une autre mesure concrète de François Hollande est l’envoi, dans le cadre de l’OTAN (il avait pourtant pris position contre la réintégration dans cette machine de guerre américaine), d’avions Rafale et Mirage 2000 dans les pays baltes.
« C’est une mission de police du ciel », dit le gouvernement français (sic).
Voilà qui complète les menaces de ne pas livrer des navires pourtant déjà vendus à la Russie.
 L’envoi d’avions de guerre dans les pays baltes, tandis que les Américains en envoient en Pologne, a un sens précis.
Lequel ?
C’est, bien entendu, l’encerclement de la Russie.
Dans cette politique agressive et belliciste, Hollande est en pointe.
 Il tourne le dos à tout ce que fut le gaullisme.
 Il joue contre les intérêts français, mais aussi contre les intérêts européens.
Il fait partie de ceux qui prennent le risque d’une nouvelle guerre civile européenne.

Dans le même temps, Hollande fait avancer les négociations pour un marché unique Union européenne/États-Unis, le Grand marché transatlantique.

 Objectif : une dérégulation maximum, la libération de gisements de profits toujours plus grands. C’est le turbocapitalisme poussé à l’extrême.

 C’est le déchaînement illimité de la machine à broyer les hommes, les peuples, les identités. Hollande à La Haye, ce n’était vraiment pas drôle.

Décidément, Monsieur « petites blagues » nous fait de moins en moins rire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.