mercredi 26 mars 2014

Le PS, non qualifié pour faire la morale au FN.



 

"François Hollande a pris la mesure de la situation", a tenté de rassurer, ce mercredi matin, le président (PS) du Sénat, Jean-Pierre Bel.
 

 Entendre les responsables du PS revendiquer une autorité morale sur le FN est ridicule.
Non, rien ne distingue plus le PS du FN, sinon évidemment leurs convictions.
 Dans le flot d’arguments destinés à faire comprendre que l’intrus ne serait pas républicain, les commentateurs citent le plus souvent son désir de sortir de l’euro, sa volonté de réformer le droit du sol, sa défense de l’identité française.
Ce ne sont pas là, certes, les choix de la gauche.
Mais où est-il écrit qu’elle serait la seule dépositaire des valeurs autorisées ?
 De son côté, François Léotard a rappelé, mardi, les "racines fascisantes" de l’extrême droite.

A ce jeu, pourquoi taire l’effrayant passé du Parti communiste qui pactise avec le PS ?
Et pourquoi passer sous silence l’antisémitisme qui s’exprime à l’extrême gauche ?
 Vendredi, une dizaine d’Israéliens francophones venus dialoguer avec des étudiants de Paris–VIII Vincennes ont été violemment pris à partie par des militants du collectif Palestine.
Le temps est venu de juger le FN sur ses actes et non plus sur ses arrière-pensées.
Pour ma part, je trouve son programme économique délirant ; la droite libérale ne peut que le combattre.

 Mais rien ne justifie d’imposer des exclusions "républicaines" quand il s’agit pour lui de défendre l’Etat-nation, la laïcité, la citoyenneté, la liberté d’expression : autant de valeurs délaissées par le PS arrogant et la droite oublieuse.

Je participerai, ce mercredi, à On refait le monde, sur RTL (19h15-20h)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.