samedi 22 mars 2014

Écoutes Sarkozy : qui viole le « secret de l’instruction » ?


justice-non

Le 22 mars 2014
   


Où sont donc passés, pêle-mêle, secret de l’instruction, infaillibilité de la Justice et droits de la défense ?
Depuis quelques semaines, les écoutes téléphoniques sont au premier plan d’une actualité politique chargée…
Médiapart a réussi à se procurer certaines de ces écoutes judiciaires.
Et les a rendues publiques, sans que cela ne choque personne.
 Au nom de la liberté de la presse.

Mais où sont donc passés, pêle-mêle, secret de l’instruction, infaillibilité de la Justice et droits de la défense ?
Il est extraordinaire que, dans notre pays, prétendûment pays des droits de l’homme et des libertés, pays où sont nés parmi les plus grands hommes de l’histoire, la Justice soit ainsi bafouée sans réagir.
Sans que, du garde des Sceaux au Président de la République, personne ne dénonce ces violations à répétition du secret de l’instruction qui devrait être absolu…



Il est surprenant que ces écoutes judiciaires, mises à disposition de tout un peuple, le soient sans aucune réaction officielle, bien au contraire.
 On entend les ministres hurler au loup devant les « allo » de l’ancien président.


Christiane Taubira parle d’une justice limpide, libre de toute influence, sans intervention possible de quiconque depuis l’élection de François Hollande.
Mais alors, comment tous ces documents qui doivent demeurer secrets et ne jamais sortir des cabinets de nos juges d’instruction peuvent-ils émerger au grand jour ?
 Avec la complicité des femmes de ménage ?
Avec celle des policiers chargés d’enregistrer les conversations ?
Avec forcément quelqu’un qui, à la base, fournit à Médiapart ou autres journalistes le contenu partiel ou complet de ce qu’il est censé protéger…
 

Mais connaître les informateurs de ces médias à part, ce serait révéler au grand jour la raison profonde qui a conduit à ces révélations…

Quand le jour se lèvera sur cette information, la petite histoire deviendra l’Histoire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.