mercredi 26 février 2014

Climat social : 61 % des jeunes prêts à se révolter

Gaël Lombart | Publié le 25.02.2014, 16h47 | Mise à jour : 19h38
 
ILLUSTRATION. Plus de six jeunes français sur dix sont prêts à participer à un mouvement de révolte d'ampleur dans les prochains mois, selon une enquête publiée mardi.

ILLUSTRATION. Plus de six jeunes français sur dix sont prêts à participer à un mouvement de révolte d'ampleur dans les prochains mois, selon une enquête publiée mardi. | (AFP/KENZO TRIBOUILLARD.)
 
Plus de six jeunes Français sur dix (61 %) seraient prêts à participer à un mouvement de révolte de grande ampleur dans les prochains mois, selon une réalisée auprès de 210 000 personnes âgées de 18 à 34 ans.

Quelle que soit leur situation professionnelle, une majorité de jeunes est tentée par cette éventualité, mais l'envie de révolte concerne d'avantage les jeunes intérimaires (66 %), les chômeurs (63 %), les CDD, les stagiaires et de jeunes en contrats aidés (61 %) que les étudiants (60 %) et les jeunes en CDI (54 %).
  Cette enquête, publiée dans «Le Monde» daté de mercredi, a été lancée à la mi-octobre par Télévisions, la société de production audiovisuelle Yami 2 et le concepteur web Yupian.

 Deux sociologues de la jeunesse, Cécile Van de Velde et Camille Peugny, ont participé à l'élaboration des questionnaires. Selon elles, les 18-34 ans sont «une génération qui veut entrer de plain-pied dans une société vieillissante».
 «Elle ne veut rien renverser, elle n'est pas en conflit de valeurs, mais elle trouve toutes les portes fermées, et elle envoie un avertissement», analysent les deux sociologues.

Le travail au coeur de leurs préoccupations

Sept jeunes interrogés sur dix (70 %) estiment que la société française ne leur donne pas les moyens de montrer ce dont ils sont réellement capables.
 Un sujet les préoccupe tour particulièrement : le travail.
 62 % des 18-25 ans se disent épanouis dans leur travail, mais 60 % disent ne pas se sentir payés à la hauteur de leur qualification.

Dans un livre à paraître le 6 mars, Léa Frédeval, jeune diplômée de 23 ans de l'université de Saint-Denis ( VIII), évoque ces difficultés d'accéder à un emploi. Selon l'auteure de «Les Affamés», interrogée dans «Le Parisien» de ce mardi, limiter à six mois la durée des conventions de stage «ne changera pas le fait qu'on se donne comme pas possible alors qu'il n'y a rien ensuite, ni espoir, ni remerciements».

Dans la nuit de lundi à mardi, l'Assemblée a adopté une loi sur l'encadrement des stages, qui limite à six mois la durée des stages et impose une gratification dès le premier jour pour les stages dépassant deux mois.

source
                        

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.