mardi 28 janvier 2014

Théorie du genre : la vidéo de propagande du gouvernement.

Mardi 28 Janvier 2014 à 20:39 (mis à jour le 28/01/2014 à 19:32)

Par valeursactuelles.com             
 

Vincent Peillon (photo) ministre de l'Education nationale et Najat Vallaud-Belkacem heurtent les parents d'élèves en instaurant la théorie du genre à l'Ecole. Photo © SIPA

Théorie du genre. Vincent Peillon met les choses à plat aujourd’hui. Après des rumeurs par sms, le ministre de l’Education nationale fait le point.
 
SMS et rumeurs : le point sur la situation

Pas d’enseignement de la théorie du genre à l’école, mais une « éducation à l’égalité fille-garçon ».
Voilà la réponse du Ministre de l’Education Nationale, Vincent Peillon, après un mouvement de contestation incitant les parents à ne pas amener leurs enfants à l’école un jour par mois pour lutter contre la théorie du genre.
Une initiative relayée par sms et sur les réseaux sociaux.
En marge de l’installation du Conseil national d’évaluation du système scolaire à la Sorbonne (Paris VIIe), le ministre a mis la situation au clair : « Il y a un certain nombre de parents qui, m'a-t-on dit, ont été inquiets, se sont laissés prendre à cette rumeur totalement mensongère selon laquelle (...) à l'école, on apprendrait aux petits garçons à devenir des petite filles (…) Tout ça est absolument faux, il faut cesser ».


Une expérimentation lancée et une stupéfiante vidéo

« ABCD de l’égalité », tel est le nom donné à l’expérimentation lancée dans dix académies « test » du territoire.
 Cette expérience vise à lutter contre les stéréotypes filles-garçons à l’école pour corriger les inégalités dès le plus jeune âge.
Sur le site officiel du ministère de l’Education nationale, on trouve une stupéfiante vidéo du déplacement de Najat Vallaud-Belcakem et de Vincent Peillon à Villeurbanne.
On entend la ministre des droits des femmes s’exclamer devant une classe de jeunes enfants : « Pourquoi il y a si peu de femmes qui font maçonnerie ? Parce que, de fait, les jeunes filles à votre âge, voient qu’il y a très peu de femmes qui font maçons, et donc elles se disent « c’est pas pour moi ». Et c’est pareil pour les garçons, quand vous écrivez « puéricultrice », quand vous l’écrivez au féminin, ça veut dire que vous vous interdisez, en réalité, d’exercer ces métiers ».

 Des propos qui laissent sans voix, devant des enfants d’un aussi jeune âge.
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.