lundi 27 janvier 2014

Souricière de fin de manifestation : même des journalistes sont en garde à vue.

26 janvier 2014

Des manifestants anti-Hollande réunis dimanche 26 janvier 2014 à Paris

 Une manifestante me raconte :

"Avec mon mari, nous sommes allés à la manifestation Jour de Colère ; même si elle a avait un caractère grave, elles est restée calme et pacifique.
Nous sommes restés sur la place Vauban jusqu’à 18H00 jusqu’au dernier discours.
 Nous avions garé notre voiture à proximité immédiate de la place Vauban.
  En voulant sortir du quartier avec notre voiture, nous nous sommes aperçus que le quartier avait été complètement bouclé en deux heures de temps.
Dans chaque rue avoisinante de la place Vauban, les CRS étaient nombreux, sur deux rangées, cachés dans l’ombre et barraient chaque rue.
  Impossible de sortir.
 Nous étions dans l’impasse.
  Lors d’un xème essai de sortie, nous avons vu tout d’un coup deux rangées de CRS armés jusqu’aux dent avancés vers nous.
  Nous avons juste eu le temps de faire demi tour.

 Je n’ose pas imaginer ce qui aurait pu se passer.
Pendant ce temps là, la foule pacifique qui voulait quitter à pied la place Vauban s’est retrouvée bloquée sur l’avenue de Villars et se sont fait ensuite encerclés par l’arrière par ces fameux CRS. Nous en avons été témoin.
C’était de la provocation pure à faire peur, à penser qu’en nous faisant peur, nous ne retournerions plus manifester.
Nous reviendrons ! En attendant, deux de nos grands enfants nous ont confirmés par texto avoir été encerclés, ils sont en garde à vue actuellement.
Peut-être aussi nous deux autres grands enfants que nous n’avons pas réussi encore à joindre.

Ils ne doivent pas être les seuls.

Quant aux journaux télévisés, c’est l’omerta totale ! le totalitarisme se confirme chaque jour un peu plus. Il va nous falloir résister de plus en plus."

Apparentés à des manifestants, des journalistes ont été placés en garde à vue.

 La police de Valls a visiblement reçu l'ordre de faire du chiffre (on parle de 250 interpellations) et non d'arrêter les auteurs de violence.

Michel Janva

source

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.