mercredi 29 janvier 2014

Insécurité : quand les préfets relaient «l'exaspération» des policiers

Par Jean-Marc Leclerc
Mis à jour le 29/01/2014 à 21:59
Publié le 29/01/2014 à 20:06
Manuel Valls, le ministre de l'Intérieur, en compagnie des préfets lors d'une cérémonie en hommage à la mémoire de Claude Érignac, le 6 février 2013, 15 ans après l'assassinat du haut fonctionnaire.
Manuel Valls, le ministre de l'Intérieur, en compagnie des préfets lors d'une cérémonie en hommage à la mémoire de Claude Érignac, le 6 février 2013, 15 ans après l'assassinat du haut fonctionnaire. Crédits photo : Julien de Rosa / Starface

Dans une note confidentielle, ils décrivent le «découragement» des forces de l'ordre face au laxisme judiciaire.
La révolte gronde dans les rangs policiers.
Alors que le bilan 2013 du ministère de l'Intérieur, fraîchement accueilli, atteste d'une hausse de la délinquance, notamment des cambriolages et des vols à la tire, Le Figaro publie les meilleurs extraits d'un rapport assassin des préfets, en date du 17 janvier, sur ce qui pourrait expliquer cette contre-performance.
Révélée par Le Canard enchaîné, cette synthèse confidentielle de quatre pages est nourrie des rapports envoyés mois après mois par les préfets des 101 départements de France.
Voici ce que la plume préfectorale distille très précisément à un Manuel Valls que ses troupes appellent à résister aux réformes de sa collègue Taubira qui menaceraient, à les entendre, l'équilibre pénal.

Le sous-titre donne le ton: «Tendues, les forces de l'ordre souhaiteraient être soutenues dans leur action par l'autorité judiciaire.»
 Suivent les explications: «Après avoir été repris par les médias, le discours du directeur des opérations et de l'emploi de la gendarmerie dénonçant devant une commission de l'Assemblée nationale l'insuffisance de la réponse judiciaire à la délinquance est inégalement relayé sur le territoire où il trouve une oreille attentive.»

On se souvient que le général Soubelet avait brisé l'omerta, le 18 décembre dernier, en déclarant, prenant l'exemple de Marseille pour expliquer la hausse des crimes et délits: «Quand vous relâchez 65 % de ceux qui se sont rendus coupables d'un certain nombre d'exactions, comment voulez-vous que les chiffres baissent?
C'est tout à fait impossible.
Vous pouvez multiplier par deux les effectifs de gendarmes dans les Bouches-du-Rhône, cela ne changerait rien.»
Le haut gradé résumait ainsi en deux phrases, et avec courage, le cauchemar des ministres de l'Intérieur successifs.

Mais les préfets vont plus loin: «Policiers et gendarmes pointent le fossé entre la fermeté des directives de leur hiérarchie et les suites pénales des interpellations effectuées, notamment en matière de lutte contre les cambriolages.
 Ils citent, par exemple, la simple convocation devant OPJ (officier de police judiciaire) six mois plus tard d'un cambrioleur interpellé en flagrant délit», écrivent-ils.
 Les agents auraient ainsi le sentiment de travailler en pure perte.
Ce n'est pas tout.
«Les forces de l'ordre déplorent également la judiciarisation croissante de leur activité, source de lourdeurs administratives et de contentieux, et considèrent que trop de procédure tue la procédure.»
 Le cas d'un département bourguignon est alors évoqué: «En Côte-d'Or, 120 policiers sur 405 sont affectés à des tâches judiciaires contre 30 il y a une dizaine d'années.
L'efficacité des services s'en ressent», assurent les préfets.
Le sujet de l'immigration est en partie lié à ces difficultés, selon eux.
«En matière d'éloignement, par exemple, toute décision fait systématiquement l'objet d'un recours contentieux, ce qui, ajouté aux certificats des ARS (agences régionales de santé) attestant de l'impossibilité des soins dans le pays d'origine ou d'une contre-indication à prendre l'avion, fait échec à l'exécution de la mesure.»
On comprend mieux, à les lire, pourquoi Manuel Valls n'a pas fait mieux en 2013 qu'en 2012 en matière d'expulsion de clandestins.

«Nous assistons à une multiplication des quartiers en sécession»
Patrice Ribeiro, secrétaire général de Synergie-officiers
 
Quelle que soit la matière, au fond, les forces de sécurité se plaignent de ne pas être écoutées
. Et les syndicats, qui préparent leurs élections, veulent se faire entendre.
 Tous, à des degrés divers, mais sans ambiguïté, critiquent les projets de réforme de la Chancellerie qui veut faire de la prison l'exception pour privilégier une «contrainte pénale» jugée fort peu contraignante.

Mardi dernier, le soir même où les balles sifflaient à Marseille devant une école primaire, lors des vœux de Synergie-officiers à Paris, son secrétaire général, Patrice Ribeiro, mettait en garde Manuel Valls, en sa présence: «Nous assistons à une multiplication des quartiers en sécession, a-t-il déploré.
 
La création d'une peine de contrainte pénale n'est viable que si les délinquants les plus nuisibles ont la certitude d'être neutralisés en prison. (…)
Le maintien des peines planchers est un minimum.»
Le commandant Ribeiro a mis les magistrats à l'index.
 «Nous pouvons inventer des réformes en permanence: Utec, BST, Patrouilleurs, ZSP… Les incarcérations restent inversement proportionnelles aux résultats de la police!
 La justice et la responsabilité de ceux qui la rendent sont la clé de tout», a-t-il dit.
 
Son collègue Jean-Claude Delage, patron d'Alliance (gradés et gardiens), appelle lui aussi le ministre de l'Intérieur à «s'opposer concrètement aux excès de la réforme Taubira».
Pour l'heure, dit Jean-Paul Megret, secrétaire national du Syndicat indépendant des commissaires de police, «on a tous constaté que dans les arbitrages, ce n'était pas lui qui gagnait».
Ce commissaire de PJ ajoute: «Notre ministre fait ce qu'il peut, mais il n'est pas écouté.» Manuel Valls devra, visiblement, rassurer ses troupes par des actes.

Le constat glaçant des préfets

«Entre exaspération et découragement, policiers et gendarmes ont le sentiment d'être condamnés à remplir le tonneau des Danaïdes»
«La décision de la Cour de cassation d'interdire certaines mesures de géolocalisation a achevé de convaincre les forces de l'ordre qu'on les empêche de faire leur travail»
«Tendues, les forces de l'ordre souhaiteraient être soutenues dans leur action par l'autorité judiciaire»
(source: Synthèse des préfets de janvier 2014)

source

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.