mardi 26 novembre 2013

Serval : Mise au point de l’armée de Terre au sujet du légionnaire au foulard à tête de mort.

25 novembre 2013 – 20:21

       
 Beaucoup de choses ont été écrites et dites concernant ce légionnaire du 1er Régiment Etranger de Cavalerie (REC) qui s’était fait photographier avec un foulard à tête de mort pour se protéger du sable, au début de l’opération Serval au Mali.

Ce dernier a malheureusement fait parler de lui récemment après avoir été condamné à trois ans de prison avec sursis pour avoir braqué une pharmacie avec un fusil démilitarisé.
Beaucoup de choses ont été dites donc à son sujet.
Si l’Etat-major des armées avait désapprouvé le port de ce foulard par ce légionnaire et annoncé des sanctions à son encontre, il n’a jamais été question de lui faire prendre un vol bleu et de lui infliger 40 jours d’arrêt.
Comme cela a été dit, repris, commenté, remâché (sauf ici, précisons-le).
 Faut bien le reconnaître, la punition aurait été disproportionnée par rapport à la faute reprochée!
Aussi, le Sirpa Terre a fait une mise au point sur cette affaire, ce 25 novembre.
 Son chef, le colonel Bruno Louisfert, a précisé que le légionnaire en question, âgé de 36 ans, a continué sa mission au Mali, avant d’être relevé à la mi-février, avec son escadron.

 Quant aux sanctions qui lui ont été infligées ont surtout eu des “conséquences administratives”, comme une inscription à son dossier.
 Et jamais il n’a été exclu de la Légion étrangère pour cette histoire de foulard car s’il a finalement été, c’est pour avoir été porté déserteur.
En effet, une fois rentré en France et après ses permissions, ce légionnaire a déserté une première fois, avant de rejoindre son régiment avec 20 jours d’absence non justifiées.
 Et il a récididé en juin.
 N’ayant pas été retrouvé par la gendarmerie (il n’était pourtant pas très loin…), il a été exclu de la Légion en août.
“Les éléments dont nous disposons ne nous permettent pas d’établir un lien de cause à effet entre l’affaire du Mali et la suite”, a indiqué le colonel Louisfert.
 A son retour en France, il “n’avait pas fait l’objet de détection particulière” de stress post-traumatique.
 Sauf que selon le parquet, le désormais ex-légionnaire est dans un état dépressif et a sombré dans l’alcoolisme et la “médication à outrance”.

source

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.