mercredi 27 novembre 2013

Ecoutes, surveillance… L’oeil de Moscollande.

par
     
 
Mitterrand en avait rêvé, F. Hollande est en train de le faire… en catimini…
 
Le Figaro révélait avant-hier qu’un texte examiné en toute discrétion au Sénat prévoyait de renforcer les pouvoirs en matière d’écoute, d’espionnage des données internet chez vos fournisseurs d’accès avait été voté.
 
Concrètement si le texte aboutit, n’importe quel ministère pourra demander, sans aucun contrôle judiciaire, la surveillance de tout ce que conservent et traitent les opérateurs d’Internet et de téléphonie pour établir leur facture au client, «y compris les données techniques relatives à l’identification des numéros d’abonnement», mais aussi «à la localisation des équipements terminaux utilisés», sans parler bien sûr de «la liste des numéros appelés et appelant » : bref la trace des SMS, Mails, Appels…
Ce qui se pratiquait sous contrôle judiciaire par le Ministère de l’Intérieur dans le cadre uniquement de la lutte anti-terroriste, pourrait l’être demain par quasiment n’importe quel agence étatique pour «  la prévention de la criminalité« .
 
Avec ce régime, on sait ce que signifie la prévention de la criminalité : contrôler l’opposition.
On l’a vu avec la Manif Pour Tous, les arrestations arbitraires, les jugements politiques…
Demain, suffirat-il de dénoncer son voisin pour homophobie, ou extrémisme de droite pour voir sa vie privée par des officines proches du Parti Socialiste ?
 
Sous Mitterrand nous avions connu la cellule occulte de l’Elysée qui écoutait des centaines de personnalités avec quelques histoires tragiques jamais élucidées : suicide de Beregovoy, mort de Jean Edern Hallier…
 
Avec la multiplication des contacts via les réseaux sociaux, l’Etat PS est confronté à un mur technologique : pour contrôler l’opposition comme Mitterrand l’avait fait, il lui faut voir « grand », c’est-à-dire impliquer les services de renseignement dans leur ensemble.
 
C’est ce que vise cette loi : permettre à l’Etat d’espionner vos données privées sur Internet et intervenir en amont pour briser les mouvements qui lui déplaisent tels la Manif Pour Tous ou les Bonnets Rouges.
N’avez-vous pas remarqué d’ailleurs, ces derniers temps, la prolifération des appels à manifester de la part de syndicats inféodés au pouvoir, CFDT, UNSA, CGT… par un heureux hasard, ils choisissent toujours des dates prises par la Manif Pour Tous, les bonnets Rouges, etc… déjà en Bretagne, face aux Bonnets rouges de Quimper, les syndicats subventionnés appelaient à une manifestation… qui rassembla 700 personnes selon les organisateurs (7 selon la Préfecture de Police de Paris).
 
Cette loi que l’on tente de nous imposer discrètement sonnerait le glas de la liberté d’expression sur le web.
C’est peut être dans cette conséquence, qu’il faut trouver la raison du silence complice de la presse officielle !
Cette dernière est en perte de vitesse, Marianne ou Libération accusent des chutes de leurs ventes de l’ordre de 25%.
Museler la presse  » en ligne », pourrait donc les servir! Eux qui déjà écument du succès de « Valeurs Actuelles ».
 
Si la presse classique ne se vend plus, ce n’est pas à cause de la concurrence Internet, c’est bien parce que cette presse est inféodée à la gauche et qu’elle participe pour l’essentiel à la désinformation ambiante, en ne faisant que recopier les éléments de langage du PS, et en se contentant de recopier les dépêches AFP.
La présence d’un Eric Zemmour à la TV ou au Figaro (dont la rédaction, rappelons le à voter Hollande en 2012) n’est qu’un alibi pour faire oublier les 90% de journalistes qui se réclament de la gauche et sont de fidèles serviteurs de l’Etat PS. Askalovitch, Domenach, Mace Scaron, Pullvar, Pujadas,…. mais aussi les experts qui hantent les plateaux TV.
Regardez donc leur pédigree sur Wikipedia*. S’ils sont là, c’est pour leur accointance avec la gauche et le Parti Socialiste…. et ce depuis la chasse aux sorcières de Mitterrand.
 
Dans les semaines qui viennent il faut s’attendre à de lourdes manipulations de l’opinion, nous devons tous rester sur nos gardes…
 
* un exemple au hasard : hier soir, 25/11/2013, l’expert de l’émission Mots Croisé est Thomas Piketti. Selon Wikipedia, ce dernier est un économiste proche du Parti Socialiste, conseiller de Segolène Royal en 2007, soutien de F. Hollande en 2012. Il a beaucoup travaillé sur la redistribution des richesses.
 Dans le privé, il est compagnon d’Aurélie Filipetti.
D’après ce documentaire (ici, documentaire  » les nouveaux chiens de garde) , on peut évaluer son salaire annuel pour ses seules interventions télévisuelles à environ 150 000 euros.

 Elle n’est pas belle la vie pour les  » proches » du parti socialiste qui nous expliquent, cerise sur le gâteau, comment redistribuer nos richesses, alors qu’eux ont trouvé comment en accumuler !
 
Source photo : Bernard Blier, dans les Barbouzes, film de Georges Lautner

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.