jeudi 24 octobre 2013

Du socialisme au fiscalisme.

Du socialisme au fiscalisme - La fuite en avant fiscale, maladie terminale du socialisme

 La fuite en avant fiscale, maladie terminale du socialisme


le
Pour les français, ils ne savent faire que ça. C’est à dire augmenter les impôts les taxes et diminuer les avantages sociaux. Et en plus, ça ne sert à rien. Voila l’image du pouvoir de gauche et du parti socialiste.

C’est bien sûr ingérable politiquement pour la gauche de gouvernement qui va droit dans le mur et elle le sait. Elle le sait, mais elle ne trouve pas d’alternative à un certain  fascisme fiscal comme le disent maintenant certains analystes pour qui le fascisme est bien sur le mal absolu.
La preuve de cette voie unique par l’imposition rétroactive.

Les députés ont voté mercredi une uniformisation par le haut du taux de prélèvements sociaux, à 15,5 %, pour certains contrats d'assurance-vie, plans d'épargne en actions (PEA) et plans d'épargne logement (Pel). Cette réforme du calcul des prélèvements sociaux sur les produits de placement exonérés d'impôt sur le revenu, contenue dans le projet de loi de financement de Sécurité sociale (PLFSS) pour 2014, doit rapporter 600 millions d'euros, dont 450 millions affectés à la Sécu. Elle a été adoptée par 64 voix contre 22. Et ils étaient où les autres ? en congés maladie ?

 
Sont concernés essentiellement les produits issus des plans d'épargne en actions (PEA) de plus de cinq ans, des primes versées avant le 26 septembre 1997 sur des contrats d'assurance-vie multi supports, de l'épargne salariale, des primes versées dans le cadre des comptes et plans épargne logement (Cel et Pel), et des intérêts acquis sur des plans d'épargne logement (Pel) de moins de 10 ans souscrits avant le 1er mars 2011. 

L'opposition a proposé en vain de supprimer la mesure, d'en exclure certains placements ou encore de ne l'appliquer qu'aux nouveaux contrats conclus à partir du 1er janvier. Les députés Ump se sont succédé pour dénoncer "l'acharnement" de la majorité "à vouloir détruire l'épargne des classes moyennes" et des "petits épargnants qui mettent de côté pour pouvoir acheter un logement ou transmettre à leurs enfants un petit patrimoine", mais aussi une "trahison", puisque "les gens ne pouvaient pas anticiper la rétroactivité".

L'Udi a épinglé une mesure qui ne touche pas "des nantis" et reproché au gouvernement de "gratter les fonds de tiroirs". Gilbert Collard, au nom du Fn, s'est alarmé d'une "suppression des petits épargnants".

Si le gouvernement a défendu une mesure de "justice fiscale" nécessaire au redressement des comptes sociaux, l'opposition a critiqué "un État spoliateur et injuste" ainsi qu'une insécurité juridique et fiscale tout à fait néfaste". Il est vrai que l’on peut maintenant s’attendre à tout.

Dans le même temps retour de la loi Red bull.


 
Les députés français ont décidé jeudi de créer une taxe d'un euro par litre sur les boissons énergisantes contenant de la caféine et de la taurine. Les députés, qui poursuivent l'examen du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2014, ont entériné l'amendement appelé "Red Bull" du rapporteur de la commission des Affaires sociales, le socialiste Gérard Bapt. Cette taxe s'appliquera à compter du 1er janvier 2014 sur les boissons énergisantes contenant un seuil minimal de 0,22 gramme de caféine ou 0,3 gramme de taurine par litre. L'opposition s'est opposée à la création d'une nouvelle taxe, rappelant que l'an passé une mesure identique avait été voté par le Parlement avant d'être invalidée par le Conseil constitutionnel.

Il faudra plus que de la taurine pour dynamiser un pouvoir qui est à tort ou a raison rejeté. Ce qui est sûr c’est qu’il a menti sur ses possibilités de redresser le pays en épargnant les plus fragiles et ceux qui avaient voté pour lui.

Cette course aux taxes sur le fil du rasoir électoral en est une preuve. S’ils pouvaient faire autrement, ils le feraient. Ils ne peuvent pas ou ils ne savent pas.
 
Chaque augmentation de prélèvement devient un pas supplémentaire vers l’abîme électoral.

http://metamag.fr/metamag-1632-Du-socialisme-au-fiscalisme.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.