mercredi 30 octobre 2013

À l'Élysée, le blues des conseillers du chef de l'État

Par Solenn de Royer
Mis à jour le 29/10/2013 à 18:36
Publié le 29/10/2013 à 18:09
L'état catastrophique des finances publiques et le nécessaire redressement des comptes ne laissent aucune marge de manœuvre aux conseillers du président.
L'état catastrophique des finances publiques et le nécessaire redressement des comptes ne laissent aucune marge de manœuvre aux conseillers du président. Crédits photo : Jean-Christophe MARMARA/Le Figaro

Ambiance morose dans les couloirs du palais présidentiel, où les hommes et les femmes de l'ombre, déstabilisés par le mode de fonctionnement de François Hollande, ne cachent pas leur inquiétude.
L'automne est si doux que les arbres du parc de l'Élysée résistent.
À l'intérieur du palais, en revanche, l'ambiance est glacée.
 Les conseillers du président continuent de travailler mais ces sondages qui leur arrivent chaque jour plus mauvais les affectent.
 «L'ambiance est lourde, pesante», reconnaît un familier du palais.
Devant les journalistes, les collaborateurs de François Hollande continuent de défendre leur président.
 Pied à pied. Mais avec des élus ou des proches, ils n'hésitent plus à faire part de leur inquiétude.
 «Comment vas-tu? Mieux que nous, forcément!», riait jaune l'un d'eux, la semaine dernière, devant un ami.
 «Pardonnez mon retard, nous étions en train de régler les derniers détails de la dissolution», plaisantait, grinçant, un deuxième, en arrivant à un rendez-vous.
 «C'est dur, injuste», soupire un troisième.
 Un conseiller ministériel résume, sidéré: «Les conseillers de l'Élysée sont perdus.»
Les hommes et les femmes du président avaient rêvé de ce retour au pouvoir, après dix ans dans l'opposition.
Ils avaient rejoint l'Élysée plein d'enthousiasme, avec la volonté de redresser le pays qu'avait tant «malmené Sarkozy», disaient-ils.
 
 «Nous allons réparer l'État», leur avait glissé le secrétaire général, Pierre-René Lemas.
 L'état catastrophique des finances publiques et le nécessaire redressement des comptes ne leur laissent aucune marge de manœuvre.
 Certains, qui avaient applaudi le discours du Bourget, ont dû remiser leurs convictions de gauche, priés de mettre en œuvre une politique sociale-libérale.
 Et ils sont las des polémiques, qui occultent les réformes.
«Bah, ça devrait s'apaiser entre le 24 et le 31 décembre…», ironise un conseiller.

Quant à Hollande, ils ont compris son fonctionnement, et les limites de celui-ci.
Un président à la fois solitaire et accessible (trop?) qui ne sait pas dire non, entretient le flou et l'ambiguïté, jusqu'au dernier moment, au risque d'«insécuriser» toute la chaîne de commandement.
Ses conseillers travaillent sur une hypothèse qu'ils croient validée au sommet, avant de découvrir que le président a tranché pour une autre, parfois par un SMS envoyé au ministre concerné.
«Les conseillers de l'Élysée sont parfois humiliés, constate un député, stupéfait par ce mode de management.
 
 Il faut que le président arrête de gouverner par SMS!»
 
Un ministre reconnaît que le dispositif élyséen est à bout de souffle: «Quand Hollande était premier secrétaire du PS, il avait Stéphane Le Foll.
 Quand François disait “oui”, Stéphane passait derrière pour dire: “Il t'a dit oui, mais c'est non”.
 Il lui manque quelqu'un qui clarifie.»
Dans les couloirs du palais, beaucoup évoquent avec nostalgie l'époque Jospin, qui s'est pourtant mal terminée: la gauche avait «un chef», la majorité était «organisée, tenue».
«C'est à nous de nous adapter à la méthode du président, pas l'inverse!», s'agace un conseiller.
 Certes. Cela n'empêche par le doute de s'immiscer.
 «On a toujours dit que Hollande était un bon stratège ; eh bien ce n'est pas Dieu le Père!», lâche un poids lourd hollandais.
 
 Un conseiller défend: «Hollande a commencé à 3% (pendant la primaire PS) et il a fini président. Il ne doit rien à personne. Tout à lui-même.»

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.