samedi 31 août 2013

Syrie : Logique et déduction.

par
     

Au sujet de la Syrie, faisons preuve, si vous le voulez bien, de pertinence, de logique et au final, de déduction. Je précise que je ne suis qu’un amateur très observateur par contre !
 
Analysons, en gros, ce que nos médias vertueux nous ont raconté :
  • a) En Syrie il y a eu une révolution contre le régime en place et son dirigeant, Bachar Al Assad.
  • b) Suite à cette révolution, une armée libre c’est créée (l’ASL), composé de révolutionnaires et de membres de l’armée du régime l’ayant quitté.
  • c) Des groupes terroristes islamistes venus de pays étrangers ont profité de ce conflit pour infiltrer les révolutionnaire et instaurer leur dictat. Il finissent peu à peu part remplacer l’ASL dans le combat contre Assad.
  • d) L’ONU essaye de trouver une solution pour ramener la paix dans ce pays divisé.
  • e) Le régime syrien du dictateur en difficulté utilise des armes chimiques, pour combattre ses ennemis (appelés terroristes) et se défend d’avoir utilisé du gaz contre sa population.
  • f) (Situation actuelle) Les pays occidentaux, passant par l’ONU pensent attaquer le régime qui utilise des armes de destruction massive pour tuer son peuple.
Voilà en gros ce qu’est ce conflit vu par nos média.
Aujourd’hui, le porte parole de l’ASL fait le tour des plateaux tv et des radios pour demander une intervention et des frappes par les pays occidentaux pour affaiblir Assad et pour permettre à l’ASL de finir cette guerre devenue civile.
Il assure que jamais la Syrie ne deviendra un pays islamiste, et que les groupes de terroristes n’ont rien à voir avec l’ASL et qu’ils seront bannis une fois le régime tombé…
Tout enjeu géopolitique sorti de l’équation, essayons de jouer au diplomate de l’ONU.
  • 1) On convoque à une table de négociation, les dirigeants de l’ASL et Bachar Al Assad, et on entame des pour parler. Logiquement on impose la fin des combats entre ASL et régime. On propose l’organisation d’élection libre et l’instauration d’un cessé le feu entre ASL et régime en attendant.
  • 2) Puisque les groupes terroristes sont les ennemis des deux parties, qu’ils s’associent pour les combattre et pour restaurer la paix dans le pays, meilleur moyen d’organiser des élections en toute tranquillité.
  • 3) Une fois la paix revenue, organisation des élections, surveillées par l’ONU et sans la présence d’Al Assad parmi les candidats.
Vous me direz, belle utopie. Forcément, vu que rien ne c’est passé comme on nous l’a raconté, rien ne pouvait s’arranger aussi facilement …
En réalité, la Syrie est un enjeu très important dans la logique de la politique étrangère du Moyen Orient des USA.
Voici ce que beaucoup ont déduit, en s’intéressant, écoutant et lisant plusieurs spécialistes du Moyen Orient ou géopolitologue, que l’on ne voit jamais sur nos écrans.
Premièrement il faut songer à deux choses, la doctrine américaine visant à développer un grand Moyen Orient (à vous de chercher) et penser à la guerre pour les ressources qui fait rage.
Dans la logique américaine, il y a des cibles (des pays) qu’elle détruit chacun leur tour. Sachant qu’elle s’attaque systématiquement à l’allié le plus « faible » de la cible suivante à abattre.
En Syrie, les groupes terroristes qui sévissent, ne sont pas là par hasard, ils ont été envoyés par l’Arabie Saoudite et le Qatar, tous deux alliés des États Unis et de l’Occident.
Profitant de la révolution (probablement provoquée), les terroristes venus d’un peu partout, se sont infiltrés en Syrie, dans le but de forcer Assad à se défendre et donc à les attaquer.
Une fois la guerre commencée, il suffit de médiatiser le tout pour susciter l’émoi dans le monde afin de justifier une demande d’aide au nom de la démocratie et pour sauver le peuple syrien du dictateur sanguinaire.
Malheureusement, les terroristes ayant principalement pris le dessus sur les révolutionnaires, n’ont jamais réussit à véritablement faire vaciller le régime d’Al Assad.
S’en est suivie la fameuse aide pour les « rebelles » syrien, et les pays occidentaux se sont lancés dans un gouffre financier en armant des terroristes en Syrie, l’ASL étant quasi inexistante ce n’est pas elle qu’on a armée…
Malgré l’aide occidentale, les islamistes s’avèrent incapable de faire tomber le régime en place !
Seule solution… : l’intervention militaire des occidentaux.
Et quoi de mieux pour provoquer une intervention de l’occident ? Une attaque à l’arme de destruction massive de la part du dictateur syrien…
Bref …
On en arrive donc à assister à ce qui ce passe ces derniers temps, une attaque à l’arme chimique, suivie d’une enquête de l’ONU qui donnera automatiquement tort au dictateur, et sera donc une excuse rêvée pour l’intervention des armées occidentales.
Sauf que le conflit traîne depuis si longtemps, que rien ne dit que l’intervention déstabilisera Bachar Al Assad, et donc rien ne permet de dire que la guerre civile prendra fin en peu de temps.
Voilà !
Et une fois cette intervention finie, réussie ou non, je vous parie qu’on entendra bientôt parler d’une nouvelle intervention pour la démocratie…
Toujours en Syrie ou chez la cible suivante, affaiblie par la chute de la Syrie, et qui sera donc à la merci d’une déstabilisation totalement hasardeuse. L’Iran ?
Je précise que je ne défends en rien Bacher Al Assad qui est effectivement un dictateur et une cause de souffrance pour son peuple.
En revanche, si le peuple syrien était réellement une préoccupation pour les dirigeants des pays occidentaux, jamais la Syrie ne serait dans l’état actuel, jamais l’occident n’aurait financé des terroristes, et la solution politico diplomatique n’aurait été que la seule option envisagée.
 
Je précise que je n’affirme pas détenir la vérité absolue, mais, je ne pense pas être trop loin de la vérité…

1 commentaire:

  1. J'en suis arrivé au même conclusion. J'ajouterai que les US n'ont rien à faire du peuple syrien, mais plutôt de leur sous sol et le gaz qu'il renferme.

    D'autre part les us ont besoin du territoire pour faire passer un gazoduc/ oléoduc depuis leurs nouvelle colonies (Irak, Koweït, etc) jusqu'à la méditerranée et shunter ainsi la Russie.

    Fort à parier qu'une fois la Syrie morcelée ce sera le tour de l'Iran.

    Israël n'aura plus qu'a se servir en territoires

    RépondreSupprimer

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.