mardi 27 août 2013

La France est prête à punir ceux qui ont pris la décision infâme de gazer des innocents.

   
Bozo le clown, foudre de guerre redoutable.
Devant les ambassadeurs réunis à l'Élysée, François Hollande annonce que "la France est prête à punir ceux qui ont pris la décision infâme" de lancer une attaque chimique en Syrie contre des "innocents".
 
 "Le monde est saisi d'effroi après la confirmation de l'utilisation d'armes chimiques en Syrie. Tout porte à croire que c'est le régime qui a commis cet acte abject qui le condamne définitivement aux yeux du monde", assure-t-il.

"Depuis un an la France a agi en prodiguant sans compter son aide à l'opposition.
Aujourd'hui notre responsabilité est d'une autre nature : rechercher la riposte la plus appropriée aux exactions, une fois achevée la mission d'enquête des Nations unies.
 
 Le massacre chimique de Damas ne peut rester sans réponse", annonce le président de la République. François Hollande assure qu'un conseil de défense se tiendra demain et que le soutien militaire de la France à la coalition nationale syrienne sera accru.

Selon le chef de l'Etat, le conflit syrien "se propage à l'ensemble de la région" et "menace aujourd'hui la paix du monde." 
 
Pour justifier une intervention, François Hollande invoque la "responsabilité de protéger les civils" telle que définie par l'Onu.
 
 Alors que la Russie et la Chine peuvent opposer leur veto au conseil de sécurité de l'Onu à une éventuelle intervention intervention, le chef de l'Etat assure que "le droit international doit évoluer avec son temps" et ne pas "laisser se perpétrer des massacres de masse".

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.