dimanche 28 juillet 2013

L'été meurtrier : les touristes chinois (et les autres) vont-ils finir par déserter la France pour cause de délinquance ?

Pickpockets dans les zones touristiques, vacanciers dépouillés... La délinquance parisienne ou marseillaise cible particulièrement les touristes, notamment asiatiques. Malgré les efforts de la police, la première destination touristique au monde est-elle sur la sellette ?

Atlantico : Les visiteurs étrangers font les frais de la délinquance dans l’Hexagone, à tel point que l’Association chinoise du tourisme en appelait récemment aux autorités françaises à agir davantage contre les agressions dont sont victimes ses ressortissants. Les tour opérateurs asiatiques évitent même les hôtels de Seine-Saint-Denis ou la visite de Marseille. Depuis avril, la Préfecture de police de Paris a déployé 200 policiers supplémentaires sur les zones touristiques les plus touchées de Paris, mais cela n'a parfois que déplacé le problème. Quelles sont les conséquences à l'étranger de cette image d'une France peu sûre pour les touristes ?


Ben McPartland : Les images de jeunes jetant des bouteilles et barres de fer sur la police en face de la Tour Eiffel et de l’Arc de Triomphe, lors des émeutes au Trocadéro, en mai, aura certainement choqué bon nombre de personnes à l’étranger tout comme en France. Bien que la plupart des gens connaissant la France sont conscients du problème des "banlieues" autour de Paris et d’autres grandes villes, d’autres sont perturbés par ces évènements car ils ont une image romantique de Paris comme "ville lumière".
Ceci étant dit, a l'époque, c’est davantage l’image du PSG qui a été dégradée à l’étranger plutôt que celle de Paris.

Boris Cambreleng : La France et plus particulièrement Paris bénéficient d’un énorme capital d’attirance et de sympathie a priori en Chine. Il y a toujours cette image de la France romantique où il fait bon vivre. Néanmoins, il est incontestable que les problèmes de délinquance écornent cette image. La France a également en Chine l’image d’un pays qui ne fonctionne pas très bien, notamment à cause des grèves dans les transports, un sujet que les Chinois connaissent. Je me rappelle à ce titre des émeutes en banlieues en 2005 : à ce moment-là, des journalistes chinois qui m’avaient contacté imaginaient que l’ensemble des banlieues françaises brûlaient, alors que les émeutes n’étaient localisées que dans certains quartiers de certaines villes. Il y a eu un effet de loupe sur des points chauds.

En même temps, cela n’empêche pas les touristes chinois de continuer à se rendre en France, même si les agressions dont ils sont victimes commencent à susciter des questions en Chine. On considère désormais qu’il faut faire attention à ses biens de valeurs et ses achats dans les rues parisiennes. Cependant, le phénomène n’est pas nouveau. Les pickpockets parisiens savent depuis longtemps que les touristes chinois ont l’habitude d’avoir des sommes importantes d’argent liquide, même si maintenant la carte bleue est majoritairement utilisée à cause de ce phénomène. Les médias chinois ont en particulier beaucoup relayé l’agression de leurs ressortissants dans leur lieu de séjour, en mars à côté de Roissy. En Chine, il y a peu de délinquance et les villes chinoises sont quand même très sûres, notamment pour les étrangers.

Patrick Vicériat: Je ne suis pas certain que les "émeutes", sujet franco-français, aient beaucoup de conséquences sur la fréquentation touristique de notre pays. Si l’on se réfère aux émeutes qui s’étaient déroulés dans nos banlieues en 2005, les conséquences avaient été somme toute très limitées. Paris accueille plus de 30 millions de visiteurs par an, et je ne pense pas que cela écorne durablement l’image de la destination.

Notre pays accueille tous les ans environ un million de touristes chinois, et ce chiffre progresse chaque année. Il faut aussi rappeler que l’essentiel de notre fréquentation étrangère provient à 80% de pays qui nous entourent, à 2 heures de voiture de nos frontières : Allemagne, Grande-Bretagne, Belgique, Pays-Bas, Italie, c’est-à-dire de pays qui ont déjà été confrontés à ce type de violence à l’occasion ou à la suite de matchs de foot.
Va-t-on voir apparaître des mentions dans les guides touristiques ou sur les sites des ambassades enjoignant les touristes à la prudence en France, voire même décourageant les visites, si ce n’est pas déjà le cas ?


Ben McPartland : Je ne pense pas que l’on verra de telles mises en gardes pour les gens visitant Paris.

Boris Cambreleng : Je ne suis pas informé sur ce sujet. Je ne pense pas que nous en soyons-là. Les réponses sont graduées. Pour le moment c’est seulement l’agence du tourisme chinois qui, en avril, a alerté les touristes souhaitant se rendre en France.

Patrick Vicériat: Très franchement, je ne le crois pas du tout, et je ne pense pas que beaucoup de touristes qui ont déjà réservé leur séjour dans l’Hexagone vont annuler leur voyage, ou que certains qui s’apprêtaient à venir en France annulent leur projet. Pour autant, la position exprimée par l’Agence chinoise du tourisme doit être prise très au sérieux, et la sécurité de ses ressortissants doit être pleinement assurée. Les enjeux économiques et commerciaux sont considérables, car la Chine est en passe de devenir le premier pays émetteur du monde. Tous les experts pensent que la France va continuer de rester une destination très attractive en particulier pour les pays BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine) et next-BRIC. C’est le cas notamment des brésiliens qui ont représenté l’an dernier plus de la moitié des nouveaux visiteurs de la Tour Eiffel.


Les touristes étrangers ont-ils tendance à sous-évaluer, ou au contraire à sur-évaluer le phénomène de la délinquance en France ?

Ben McPartland : Paris a certainement parmi les touristes la réputation d’être touchée par la délinquance et les pickpockets, mais pas pour avoir une image de violence comme c’est le cas pour Marseille par exemple. Beaucoup de touristes ont peur de prendre le métro parisien, ce qui est surprenant, mais est dû à cette réputation.
Pierre Picquart : Ce qui intéresse les touristes étrangers, c’est une certaine diversité qu’offre notre pays. Tout ce qui est lié aux symboles, la gastronomie, le romantisme, les petits cafés, les restos en amoureux, la Butte Montmartre, le Marais, Saint-Germain-des-Prés, les grandes boutiques de luxe... et cela on le trouve rarement ailleurs dans un autre pays. Grâce à cet attachement et à cette diversité culturelle, gastronomique, économique, la France sera toujours très bien placée pour le tourisme. Globalement la France fait toujours rêver. La France garde toujours une excellente image à l’étranger parce qu’elle a protégé son patrimoine culturel, l’a rénové, embelli et mis en valeur. Parce qu’elle a gardé ses architectures différentes, ses coutumes. Même si on peut faire beaucoup plus d’efforts pour accueillir les touristes étrangers.
Patrick Vicériat: Il ne faut pas faire d'amalgame entre des évènements comme des émeutes et de la petite délinquance au quotidien qui pourrait risquer de ternir à terme l’image de notre pays. Je suis préoccupé par la délinquance au quotidien, et par la progression du fléau des vols. Les Chinois, qui ont la réputation d’être des clients dépensiers, sont souvent porteurs de grosses sommes d'argent liquide, et sont donc des cibles privilégiées pour des voleurs.
Mais c'est un phénomène mondial qui concerne aussi les villes européennes comme Rome ou Londres. Nous devons prendre des mesures efficaces, mobiliser tous les acteurs concernés, et renforcer les effectifs policiers dans certains secteurs pour dissuader les voleurs.

Peut-on assister à une baisse de fréquentation des touristes étrangers pour ces raisons ?

Boris Cambreleng : Ce n’est pas à exclure. Paris reste une des destinations favorites des touristes chinois en Europe. Le capital sympathie reste donc très fort, mais qui peut-être est-il effectivement en train de s’éroder. Je ne sais pas dans quelle mesure, c’est peut-être un peu tôt pour le dire. Je ne pense pas que les tours opérateurs vont se détourner de cette destination dans l’immédiat car elle est la destination phare du tourisme chinois en Europe.
 
Patrick Vicériat: La baisse de fréquentation serait surtout liée à la crise économique qui sévit en Europe. Les touristes britanniques, allemands, espagnols, etc. risquent de venir moins nombreux, et de dépenser moins. Il faut rappeler que le nombre de touristes étrangers stagne depuis  la fin des années 90 dans notre pays, à cause d’une baisse de compétitivité des entreprises touristiques, et de  la concurrence qui s’intensifie partout en Europe, mais aussi dans le monde. A l’inverse, je pense qu’avec les évènements qui affectent plusieurs pays du pourtour méditerranéen, de nombreux français risquent de choisir de passer leurs vacances en France. 

Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/ete-meurtrier-touristes-chinois-et-autres-vont-finir-deserter-france-pour-cause-delinquance-b-mcpartland-b-cambreleng-p-viceriat-730117.html#ldHr51XvoAYh7kqH.99

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.