mardi 30 juillet 2013

La Manif pour tous décidée à contrer la théorie du genre.


Dès la rentrée, des comités de vigilance veilleront,  avec les parents d'élèves, aux messages véhiculés dans les écoles et les crèches.

En route vers sa «saison 2», la Manif pour tous s'empare d'un nouveau cheval de bataille: la «diffusion subreptice» de la fameuse «théorie du genre», à l'école notamment.
 Certes, le ministre de l'Éducation, Vincent Peillon, a bien assuré qu'il n'était «pas pour».
 Mais, dans une lettre de janvier dernier, il s'engageait à «s'appuyer sur la jeunesse pour changer les mentalités»…
Et, rappellent les porte-parole du collectif, la référence au «gender» dans certains manuels scolaires, la mobilisation du syndicat SNUipp en faveur de la lutte contre l'homophobie dès le primaire, ainsi que plusieurs amendements (finalement rejetés) destinés à promouvoir une «éducation à l'égalité de genre» à l'école, «cela fait tout de même un faisceau d'indices concordants»…
À la rentrée, le mot d'ordre sera donc la «vigilance». La Manif pour tous réclame «le retrait du concept de genre des manuels, des décrets et des projets de loi» et encourage les parents d'élèves à créer des «comités de vigilance» dans tous les établissements scolaires.
 Soit en s'appuyant sur des fédérations comme la PEEP (Fédération des parents d'élèves de l'enseignement public), soit en créant des listes indépendantes.
 «Les sympathisants, en région, nous attendent énormément sur ces questions-là, insiste Arnaud, responsable du pôle “genre”. On n'aura aucun mal à trouver des volontaires.
 Avec trois objectifs: récolter des informations, faire de la pédagogie et favoriser le dialogue avec les associations de parents et les élus.» Une «base d'information» sera bientôt créée, avec un courriel spécifique, pour que chacun puisse témoigner.
 «Cela nous permettra de sensibiliser les parlementaires et de préparer les municipales, poursuit Arnaud, car les élus locaux sont partie prenante dans l'achat de manuels scolaires et de livres pour les crèches. On n'oublie pas les crèches, dont beaucoup réfléchissent en ce moment à la “déconstruction des stéréotypes”.» Un tract et un document pédagogique sont en préparation, pour être distribués dans tous les départements.

Particulièrement inquiet des arrière-pensées du gouvernement, Bertrand, responsable de la Manif pour tous 92, vient de rédiger un fascicule intitulé L'Éducation à la théorie du genre dans les écoles françaises, c'est maintenant!«L'identité de genre est officiellement désormais un axe prioritaire d'action gouvernemental, peut-on y lire. Quant à l'enseignement, il est appelé à ne plus se fonder “sur le postulat de la complémentarité des sexes”…» Multiplication des «jeux asexués» dans les crèches, suppression des fêtes des pères et des mères, cours d'éducation à la sexualité «orientés», listes de lectures «surprenantes», de nombreux témoignages de parents perturbés de ne «pas trop savoir ce que leurs enfants vont étudier» lui sont déjà parvenus. Ce père de famille pointe par ailleurs du doigt le site Giga la vie, créé par l'Institut des Hauts-de-Seine à l'intention des jeunes: «On y trouve plein de conseils judicieux sur la nutrition ou l'hygiène, indique-t-il. Mais dans l'onglet “Sexualité 11-12 ans”, on peut aussi lire: “Tu peux devenir père à chaque rapport sexuel! Il devient urgent de connaître les moyens de contraception qui te permettent d'avoir une vie sexuelle harmonieuse”… C'est bien de faire de la prévention, mais délivre-t-on ici les bons messages aux bons publics?»
La «réforme de civilisation» promise par Christiane Taubira, «elle va se faire subtilement, par le biais de l'école», assure Jérôme Brunet, président de l'Appel des professionnels de l'enfance.

 «Les partisans de la théorie du genre avancent masqués, affirme ce nouveau porte-parole de la Manif pour tous. Ils présentent leurs thèses d'une façon généreuse, comme un progrès sociétal, mais cela se fera au détriment des enfants. On ne peut pas nier la dimension biologique d'une personne. C'est une erreur de dire que tout est inné, mais c'est également grave de dire que tout est acquis!»

 Présidente du collectif, Ludovine de la Rochère renchérit: «On ne lutte pas pour l'égalité des sexes en niant la différence entre les sexes!»

En septembre, «nous sommes prêts à taper très fort!» promet donc Ludovine de la Rochère. Et pas seulement sur le genre. «Si la proposition de loi sur la PMA pour toutes n'est pas retirée, lance-t-elle, on envisage d'ores et déjà une nouvelle grande manifestation.»

Il y aura aussi, les 14 et 15 septembre, la première université d'été du mouvement. Philosophes, éditorialistes, politiques de tous bords, magistrats et psychologues interviendront devant tous les volontaires, au Parc floral de Vincennes. Les inscriptions au public sont déjà ouvertes. Une université d'été intitulée «La Manif pour tous an II… Objectifs pour tous».

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/07/29/01016-20130729ARTFIG00429-la-manif-pour-tous-decidee-a-contrer-la-theorie-du-genre.php

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.