jeudi 13 juin 2013

Harlem Désir, premier secrétaire contesté. ( vidéos)


POLITIQUE - Alors que le PS tente d'adopter un texte sur l'Europe, l'attitude du patron de Solferino agace profondément...

Dans la bataille européenne du PS, le soldat Désir est touché. « Manipulation», «triche bureaucratique», «petit comptable»… Depuis jeudi dernier, les accusations fusent en direction du patron. Et encore une fois, c’est sur le front de l’Europe que le Parti socialiste se déchire.

Alors que le PS tient sa Convention sur l’Europe dimanche, les adhérents devaient voter un texte unique que les différents courants socialistes pouvaient amender. Ce qu’ont fait Maintenant la gauche animée entre autres par Marie-Noëlle Lienemann ou Un Monde d'avance de Benoît Hamon en demandant notamment la «suspension du pacte budgétaire». Vendredi matin, au lendemain de ce vote, la direction du PS se félicite de l’adoption du texte et du «consensus» grâce au maigre score des amendements. Sauf que Solferino a discrètement compté les abstentions, les bulletins blancs ou nuls comme des votes contre les amendements.

«Nous ne sommes pas des gentils soldats de sa majesté»

Les courants minoritaires crient à la tricherie.
Et la guerre des communiqués fait rage. Les hamonistes menacent le premier secrétaire. «S’il venait à ne pas appliquer les règles de base de fonctionnement d’un parti politique démocratique, la légitimité d’Harlem Désir à diriger le parti serait irrémédiablement remise en cause», expliquent-ils. «A un moment, il faudra bien qu’il comprenne que nous ne sommes pas de gentils soldats de sa majesté, mais des personnes utiles à la majorité», explique aujourd’hui Guillaume Balas, secrétaire général du courant Un Monde d’avance. «Il y a eu un vrai problème de gouvernance. Il fallait se parler avant de publier ses résultats», déplore le député Jérôme Guedj, un des animateurs de Maintenant la gauche.

Une réunion organisée mercredi

Alors qu'un autre courant, la Gauche populaire reçoit Montebourg pour parler de la façon de réorienter l'Europe, Harlem Désir tente de circonscrire l’incendie. Il téléphone, renoue le contact. Tout en ménageant l’exécutif qui ne souhaite pas un texte trop offensif. Le gouvernement était d’ailleurs déjà intervenu contre un brouillon où figurait des phrases acerbes sur la chancelière allemande Angela Merkel. «Désir doit arriver à comprendre que le PS doit avoir un temps d’avance sur le gouvernement. Surtout dans l’optique de préparer au mieux les élections européennes de l’année prochaine», plaide Guedj qui se félicite de plusieurs avancées du texte, notamment le terme «révision» du pacte budgétaire. Tout ce petit monde doit se parler mercredi pour une spécialité du PS, la réunion de la Commission des révisions, où les hiérarques du parti discuteront de la façon de réintégrer les amendements bannis. «On a déjà bien déminé le terrain, mais ça peut durer longtemps», soupire Guedj.

Matthieu Goar
 
[Ndlr]La tricherie, le mensonge et la manipulation fait intrinsèquement partie du fonctionnement du parti Socialiste. Ecoutez ce qu'en disait Mélenchon il n'y a pas si longtemps.Edifiant.
 
ce qui ne l'a pas empêché d'appeler a voter Hollande aux dernières élections !

Au parti Socialiste, les magouilles et les résultats truqués sont si fréquents, que les responsables du parti racontent sereinement le déroulement des triches devant les caméras de télévision.
 
Dans une vidéo incroyable, Jean-Luc Mélenchon raconte sans rougir, comment il négociait avec Hollande les résultats d'élections internes socialistes.

Une séquence édifiante, qui confirme la curieuse pratique de la démocratie par nos amis socialistes.
 

 
 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.