mercredi 12 juin 2013

Femen jugée en Tunisie pour avoir manifesté seins nus : Pauline a étudié à Bordeaux

Pauline Hillier a gauche sur la photo.


Par Aude Courtin

 La jeune femme de 26 ans, emprisonnée depuis deux semaines, doit être jugée ce mercredi. Le jugement est attendu dans la journée

Au téléphone, la voix du père est fébrile. "Le procès est demain (aujourd'hui, ndlr)". Daniel et Danielle Hillier attendent avec impatience "de retrouver [leur] fille, le plus vite possible". Après le report du procès la semaine dernière, Pauline, 26 ans doit être jugée ce mercredi à Tunis .

Avec deux autres militantes Femen, la jeune femme originaire de Vendée et qui a fait ses études en art et spectacle à Bordeaux, doit répondre de "débauche" pour avoir manifesté seins nus le 29 mai à Tunis en soutien à la militante tunisienne Amina Sbouï. Une action pour laquelle, la jeune femme et ses deux camarades risquent six mois de prison ferme.


 
Au moment de son arrestation, ses parents, qui habitent La Roche-sur-Yon (Vendée) ignoraient que Pauline était en Tunisie. "C’est sa sœur qui l’a vue aux infos, à la télé", explique sa mère, ancienne élue socialiste, à Ouest-France.

Danielle Hillier dit comprendre que leur action ait "pu provoquer un choc visuel violent dans un pays arabo-musulman. Je ne sais pas si elles l'ont bien analysé".

Les coups d'éclat, c'est la marque de fabrique des Femen. Né en 2008 en Ukraine, le mouvement féministe est arrivé en France il y un an et revendiquerait aujourd'hui une cinquantaine de membres dans l'Hexagone selon Le Monde. "Femen n'est pas un girl's band qui chercherait à plaire au plus grand nombre. Nous réagissons en fonction de l'actualité", expliquait Pauline mi-février au Monde.

Si elle est présentée par le quotidien du soir comme faisant partie "du noyau dur du mouvement", son adhésion au mouvement est récente. Pauline a rejoint les Femen après les violents incidents survenus le 18 novembre 2012 avec les extrêmes-droites de Civitas.

Depuis, elle a participé à plusieurs opérations marquantes des Femen, détaille l'organisation sur sa page Facebook, dont notamment l'action à Notre-Dame-de-Paris pour "fêter" la démission du pape.

Avant les Femen, Pauline était déjà une jeune femme militante. "Au moment des dernières élections" selon son père, elle avait pris sa carte au parti socialiste à Bordeaux. Elle s'était inscrite également au comité de soutien de Michèle Delaunay lors des dernières législatives. 

A l'hiver dernier, après "4-5 ans passés à Bordeaux" selon son père, Pauline a rejoint Paris. Aujourd'hui, ses parents n'ont pour seuls contacts l'ambassade de France en Tunisie et le Consulat. En attendant le jugement.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.